Dernières Infos

Fin de la crise gouvernementale à Prague, cinq mois avant les législatives

AFP
24/05/2017

Le président tchèque Milos Zeman a nommé mercredi le nouveau ministre des Finances Ivan Pilny à la place du milliardaire controversé Andrej Babis, mettant ainsi définitivement fin à la crise gouvernementale, cinq mois avant les législatives.

C'est le Premier ministre Bohuslav Sobotka qui avait exigé le renvoi de M. Babis, son rival politique. Il lui reproche des transactions financières douteuses, une fraude fiscale et de multiples conflits d'intérêt.

Selon la Constitution, M. Zeman a été obligé d'entériner le départ du ministre exigé par le chef du gouvernement. Il a toutefois saisi l'occasion pour saluer l'action de M. Babis à la tête du ministère.
"Je voudrais exprimer ma haute considération et mon grand remerciement à Andrej Babis, qui a réussi à afficher un important excédent budgétaire, à améliorer la perception des impôts et à lutter contre l'évasion fiscale", a-t-il affirmé.
"C'est peut-être pour cette raison qu'il fait face à la jalousie de la part de ceux qui ont moins de succès", a ajouté le chef de l'Etat.

Fondateur du conglomérat agro-alimentaire, chimique et médiatique Agrofert et deuxième fortune du pays selon Forbes, M. Babis dirige le mouvement centriste et populiste ANO, membre de la coalition au pouvoir depuis 2014, avec le Parti social-démocrate CSSD de M. Sobotka et les chrétiens-démocrates KDU-CSL.
C'est M. Babis lui même qui a proposé la candidature d'Ivan Pilny, 72 ans, député ANO, chef de la commission parlementaire en charge de l'Economie et ancien dirigeant de la branche tchèque de Microsoft, puis de l'opérateur Cesky Telecom.

L'opposition de droite, elle, épingle ce qui n'est selon elle qu'un "changement cosmétique".
"Rien ne changera, Andrej Babis continuera à diriger le ministère des Finances, à partir d'Agrofert. Le véritable changement, ce sont seulement les élections qui pourront l'apporter", a affirmé le chef du parti TOP 09, Miroslav Kalousek.

Plusieurs manifestations dénonçant l'action politique du président Zeman et du ministre Babis ont eu lieu à Prague et dans d'autres grandes villes du pays, pendant cette crise gouvernementale qui a éclaté début mai, à la suite du différend entre M. Sobotka et son ministre des Finances.
ANO et CSSD vont s'affronter durement lors de la campagne électorale pour les législatives des 20 et 21 octobre. Pour des politologues, la campagne a déjà commencé.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué