La Dernière

Buccellati, inspiration Renaissance et sensualité contemporaine

Mode
F.A.D. | OLJ
21/03/2017

L'une des plus anciennes familles de bijoutiers en Italie, les Buccellati, que vient de rejoindre une quatrième génération de créateurs en la personne de Lucrezia, l'arrière-petite-fille du fondateur Mario Buccellati, poursuit son activité en renouvelant ses codes d'excellence, répartissant les tâches entre chaque membre du clan selon sa vocation.
Il y a Mario, d'abord, qui a commencé sa formation au début du XXe siècle en tant qu'apprenti dans divers ateliers avant d'ouvrir à Milan sa première boutique porte-bonheur à côté de La Scala. Il y a, aussi, Gianmaria, qui tombe en amour pour le métier de son père et prend le relais de ce dernier dans les années 60, poursuivant la création, la direction des ateliers et l'expansion à l'international. Il y a, ensuite, Andrea et Maria Cristina, les enfants de Gianmaria, qui se répartissent les tâches : Andrea à la création et Maria-Cristina à la communication. Et enfin Lucrezia, fille d'Andrea, basée aux États-Unis, et qui insuffle sa vision contemporaine aux nouvelles collections de la marque. Et c'est ainsi que le fil d'or Buccellati continue de se dévider pour le plus grand bonheur des esthètes...

La collection Macri
De tout ce petit monde qui voue un culte à la belle ouvrage, Maria Cristina est l'élégante ambassadrice, simple, radieuse et douée pour transmettre le message de la maison avec l'émotion qu'il mérite. Enfant, elle jouait dans les ateliers sous le regard attendri de son père et de son grand-père. Elle connaît tous les rouages, toutes les étapes de la création d'un bijou. À l'adolescence, elle se lance dans des études de management qu'elle complète par un certificat en gemmologie. Mais elle sait déjà qu'elle est plus douée pour l'art de la communication que pour celui du design. Elle n'en est pas moins une muse pour cette lignée de créateurs, son père ayant dessiné en pensant à elle l'une des lignes les plus iconiques de Buccellati. La collection Macri porte en effet, avec ce caractère Renaissance teinté d'orientalisme, le nom crypté de Maria-Cristina. Gravés main, finement striés jusqu'à imiter le toucher d'un tissu soyeux, les bijoux de la collection Macri de Buccellati se déclinent en boucles d'oreilles, bracelets, manchettes et bagues sertis de pierres précieuses. Leur raffinement intemporel est à l'image de leur inspiratrice. Ils sont actuellement exposés à la boutique Buccellati du complexe Aïshti by the Sea, à Antélias.

Lire aussi à la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le Liban, Hariri n’était pas démissionnaire

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.