Dernières Infos

USA: des fiascos dans la lutte contre le trafic d'armes

AFP
08/09/2016

Des policiers fédéraux américains ont accumulé les bévues lors d'opérations sous couvert censées lutter contre le trafic d'armes, notamment en installant des faux commerces qui ont profité aux malfrats, dénonce jeudi un rapport officiel.
Au terme d'une enquête de deux ans, le service d'inspection du ministère américain de la Justice a identifié des problèmes de "mauvais encadrement, formation insuffisante et carences de supervision" chez les agents du Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs, une puissante agence fédérale connue sous son acronyme ATF.

L'objectif des opérations cachées de l'ATF était d'attirer dans des boutiques fictives des détenteurs d'armes illégales, afin de les identifier, acheter leurs armes pour les mettre hors circuit, et enfin tenter de retrouver à quoi avaient pu servir ces armes.

De 2004 à 2013, l'ATF a donc monté aux Etats-Unis pas moins de 53 faux commerces, salons de tatouage ou boutiques de vêtements de hip hop, en diffusant la rumeur que ces lieux étaient ouverts à l'achat d'armes ou de stupéfiants.
Les investigations des inspecteurs se sont concentrées sur les villes de Milwaukee, Pensacola, St. Louis, Wichita et Boston. Elles exposent une succession de problèmes aux causes évitables.

Leur rapport a été commandé après des articles, publiés en 2013, du Milwaukee Journal Sentinel, qui avaient notamment montré que les agents de l'ATF surpayaient certaines armes clandestines.
De fait, des malfrats ayant vendu leur arme à un agent infiltré utilisaient la somme empochée pour aller acheter une nouvelle arme qu'ils revendaient avec profit à l'agent de l'ATF.

Le Milwaukee Journal Sentinel avait également montré que les agents de l'ATF à Milwaukee avaient chargé un handicapé mental de faire la promotion de leur fausse boutique théâtre de multiples trafics, en le rétribuant en argent liquide ou en cigarettes.

Quand l'opération sous couvert s'est achevée, les policiers ont poursuivi le malheureux pour détention d'armes et de stupéfiants. La tactique s'était finalement révélée être un fiasco, les policiers n'interpellant que des petits délinquants et aucun gros bonnet.

Des armes récupérées par l'ATF ont par ailleurs été volées, une fausse boutique cambriolée et, enfin, des agents ont égaré des documents sensibles mentionnant tous les détails de leur opération cachée, des noms des individus aux descriptions des véhicules en passant par les numéros de téléphones cellulaires.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants