Samedi 19 Avril 2014

À La Une

Hausse de la TVA : quelles conséquences sur le marché automobile ?

Le gouvernement prévoit d’augmenter la TVA sur les automobiles de luxe de 10 à 15 %, une décision qui pourrait affecter directement les immatriculations et ventes de véhicules de 30 %, selon les chiffres de l’AIA.

Liban - Grille des salaires Les professionnels redoutent la hausse de la TVA de 10 à 15 % sur les véhicules de luxe.
20/07/2013

Dans un contexte de crise économique, les importateurs de véhicules craignent que l’augmentation de la TVA prévue sur les voitures de luxe pour le financement de la nouvelle grille des salaires affecte non seulement les ventes de véhicules, mais aussi directement les recettes de l’État.

 

En effet, selon Samir Homsi, le président de l’Association des importateurs d’automobiles au Liban (AIA), cette mesure toucherait les recettes de l’État par une diminution des rentrées des trois taxes que sont les douanes, la TVA et les frais d’enregistrement.
Ainsi, selon les derniers chiffres de l’association, les immatriculations de voitures neuves ont subi en juin 2013 une baisse de 14,6 % par rapport à juin 2012, et de 11 % par rapport à mai 2013, ce qui a conduit à une baisse des profits chez les importateurs.


Dans un tel contexte, les professionnels mettent en garde le gouvernement contre toute augmentation des taxes sur les voitures, telles que les douanes, la TVA, l’enregistrement ou la mécanique. Le gouvernement prévoit en effet d’augmenter la TVA sur les automobiles de luxe de 10 à 15 %, une décision qui pourrait affecter directement les immatriculations et ventes de véhicules de 30 %, selon les chiffres de l’AIA.
Or, selon Samir Homsi, « l’augmentation de la TVA à 15 % sur les voitures neuves de luxe ne conduira pas à une augmentation des recettes de l’État puisque les ventes de ces voitures ont baissé en 2013 par rapport à 2012. De plus, elles ne représentent que 6 % des immatriculations ».


Pour Samir Daher, conseiller économique au gouvernement, « il va bien falloir financer cette augmentation des salaires. Or, nous avons envisagé toutes les possibilités de financement, explique-t-il. La taxation des produits de luxe, notamment celle des grosses cylindrées, nous paraît être la taxe la moins nuisible à l’économie car elle n’affecte ni l’investissement ni la création d’emplois, et d’un point de vue social, ne concerne pas les catégories les plus modestes ».


Par ailleurs, selon l’économiste, il faut prendre en compte l’effet compensatoire des transferts de consommation. « L’augmentation des taxes sur les automobiles ne concerne que les cylindrées de luxe. Si l’augmentation de la TVA affectera peut-être les ventes de ces voitures, les gens se tourneront naturellement vers des véhicules plus petits, poursuit-il. Il faut également ne pas négliger les conséquences indirectes de ces taxes. Quand un ménage acquiert un véhicule de luxe, sa demande est naturellement moindre vers l’acquisition d’autres biens, les voyages... »


Rappelons qu’en novembre dernier, l’AIA avait estimé à 182 000 000 de dollars la baisse de ces recettes provenant des taxes sur les voitures contre une augmentation prévue par l’État de 60 000 000 de dollars. « Il s’ensuit une perte nette de 122 000 000 de dollars en 2013 des recettes de l’État », avait alors ajouté le président de l’AIA. Enfin, il est important de souligner que 90 % des immatriculations concernent de petites voitures, selon l’association.

 

Pour mémoire

Pas de croissance pour le Liban en 2013, selon HSBC

 

BM : L’économie libanaise gravement affectée par la crise syrienne

 

En pleine stagflation, le Liban devient le 3e pays le plus cher de la région

 

Vers une crise du marché immobilier libanais ?
Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

En dents de scie

Homme de ménage

Ziyad Makhoul

Un peu plus de...

Ariane

Médéa AZOURI

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.