Rechercher
Rechercher

Culture - Vient de paraître

Cette drôle et émouvante « Symphonie américaine »...

Il est doté d'une voix de baryton qui n'a d'égale que sa corpulence. Elle est d'une taille bien supérieure à la moyenne. Frederick et Jette, couple germanique hors normes, iront, dans les premières années du XXe siècle, fonder une lignée américaine. On les suit avec bonheur.

Alex George.

C'est un de ces romans qui n'attirent pas l'attention de prime abord : auteur inconnu, titre un peu bateau... Et cependant, fait rarissime, il réussit à vous accrocher dès les toutes premières lignes. Une belle surprise que cette Symphonie américaine, traduction française de A Good American d'Alex George par les éditions Belfond*. Un livre écrit d'une plume alerte (et une toute aussi bonne traduction signée Florence Hertz) qui se révèle tout à la fois drôle et profond.
Une fresque familiale qui, par la voix de James Meisenheimer, un Américain descendant d'émigrés allemands, emporte le lecteur dans une traversée de l'Amérique du XXe siècle, à travers les destins de trois générations. Si l'idée n'est pas innovante, les personnages imaginés par Alex George sont, eux, terriblement attachants. À commencer par le couple fondateur de cette lignée germano-américaine : Jette et Frederick, duo « hors normes » autant par leurs physiques que par leur affranchissement des strictes règles de la société de leur temps.
Elle est colossale, marche d'un pas vif et ne porte que des tenues amples. Ce qui, pour une jeune fille de bonne famille, pose un problème à Hanovre en 1904. Il est aussi dans la démesure. Petit employé de banque, il est doté néanmoins d'une carrure et d'une voix de stentor qu'il promène le soir, avec bonheur et désinvolture, dans différents bars de la ville.
Tout commence lorsqu'il la séduit en lui chantant des airs d'opéra caché derrière un buisson du parc où Jette va se promener chaque dimanche !
D'ailleurs le roman débute par cette phrase qui sonne comme une petite note joyeuse : « Depuis toujours, la musique nous accompagne. »

Entre intégration et ségrégation
Oui mais voilà, pour la mère de sa dulcinée, Frederick est l'exact opposé du gendre idéal. Du coup, lorsque Jette tombe enceinte, les amoureux n'ont d'autre choix que de s'en aller le plus loin possible. Le couple embarque donc pour la première destination qui s'offre à eux : l'Amérique. Et se retrouve, par un concours de circonstances, à Beatrice, dans le Missouri. Ce sera leur patrie d'élection. Dans cette ville encore marquée par la guerre de Sécession et l'esclavage, Jette et Frederick ouvriront une drôle de taverne servant un mélange de choucroute et de concerts jazz – avec des musiciens noirs. Au fil des années et des enfants qui naissent, les Meisenheimer s'intègrent totalement pour devenir de vrais, de « bons Américains ».
Sur cette terre de toutes les promesses, leur lignée traversera cent ans d'histoire moderne, dont deux guerres mondiales. Elle se confrontera autant au rêve américain qu'à des facettes moins avouables du Nouveau Monde, celles de la ségrégation et du racisme, entre autres. Ainsi, après Jette et Frederick, leurs enfants et petits-enfants, dont le narrateur James, vont entraîner le lecteur dans l'histoire d'une famille, avec ses joies et ses peines, son quotidien et ses tribulations...Une fresque intimiste, rythmée par la musique qui est le lien qui cimente les membres de la fratrie, ainsi que par les grands événements de l'histoire. Depuis le patriotisme de la grande guerre aux calmes années 50, en passant par la prohibition, la grande dépression des années 30, l'assassinat de Kennedy... Un roman qui regorge de personnages touchants et qui, en filigrane, pose pas mal de questions sur les paradoxes d'un pays de migrants, à la fois terre d'accueil, d'intégration, de liberté et... d'intolérance. Un pays capable d'une grande violence envers certains de ses citoyens.
Il est intéressant de noter que l'auteur, qui a abandonné sa carrière d'avocat pour se consacrer à l'écriture, est né en Angleterre mais vit aujourd'hui à Columbia, dans le Missouri. Une Symphonie américaine est le troisième opus de ce trentenaire qui s'amuse à « plaider », par le biais du charme, de l'humour et de l'émotion distillés par ses ouvrages, la cause de l'humain. Un vrai plaisir de lecture.

* Disponible en librairie.


C'est un de ces romans qui n'attirent pas l'attention de prime abord : auteur inconnu, titre un peu bateau... Et cependant, fait rarissime, il réussit à vous accrocher dès les toutes premières lignes. Une belle surprise que cette Symphonie américaine, traduction française de A Good American d'Alex George par les éditions Belfond*. Un livre écrit d'une plume alerte (et une toute aussi...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut