Rechercher
Rechercher

Concept

« The Kooples » célèbre les mauvais garçons (et filles)

Mauvais garçons et costards nerveux, la collection automne-hiver 2014 de The Kooples.

Un hiver anti, inspiré par les Suedeheads, les skins, les punks, leurs silhouettes minces et déjantées, à la fois provocatrices et edgy et leurs gueules d'anges déclassés.
Sur une bande son qui puise aux Stooges, Ramones, Sex Pistols, Dead Kennedys, Clash et à l'air plus smart des Jam, ils sont subtilement lookés, héritiers de l'élégance ironique et révoltée des premiers mods.
Les rangers noirs bien authentiques ou discrètement réaffûtés comme des bottines, les bretelles croisées par jeu sur les chemises et les tee-shirts, les mailles ajourées, l'imprimé léopard, le tartan, les attaches, les zips et les harnais de cuirs qui font frémir les robes à pois et la dentelle jouent tous d'un rythme alternatif et composite, un peu ravagé.
Les filles cassent le mythe de l'éternel féminin avec rage.
Les minis et les pantalons de cuir ressuscitent sous des vestes oversized et les cœurs rugissent sous des bombers cloutés. Des cheveux rasés, une grosse maille d'argent en tour de cou, comme une chaîne de montre, un style boyish version lipstick pour les filles. Un tranchant désarmant et plein d'une grâce décalée.
Les garçons règnent sur la ville dans des vestes raccourcies et bien cintrées à revers noirs ou zébrés, des costards nerveux coupés bien sharp à motifs pied-de-poule ou prince-de-galles, un rien ska, un peu vauriens, toujours pointus.


Un hiver anti, inspiré par les Suedeheads, les skins, les punks, leurs silhouettes minces et déjantées, à la fois provocatrices et edgy et leurs gueules d'anges déclassés.Sur une bande son qui puise aux Stooges, Ramones, Sex Pistols, Dead Kennedys, Clash et à l'air plus smart des Jam, ils sont subtilement lookés, héritiers de l'élégance ironique et révoltée des premiers mods.Les...

commentaires (0)

Commentaires (0)