Dernières Infos

Syrie : la résolution de l'ONU "ne rend pas justice" aux victimes

AFP
28/09/2013
Human Rights Watch (HRW) a critiqué samedi la résolution votée de haute lutte à l'ONU pour ordonner la destruction de l'arsenal chimique syrien, reprochant à ce texte de ne pas rendre justice aux victimes du conflit.

"Cette résolution n'a pas réussi à rendre justice pour le gazage de centaines d'enfants et pour de nombreux autres crimes graves", a déploré Philippe Bolopion, le représentant auprès de l'ONU de Human Rights Watch.

Il a par ailleurs réitéré la demande, plusieurs fois formulée par son ONG, de "saisir la Cour pénale internationale (CPI) sur la situation syrienne et d'adopter des sanctions ciblées contre les responsables d'exterminations massives".

La France et le Royaume-Uni avaient également demandé que la résolution adoptée vendredi évoque une saisine de la CPI concernant l'attaque au gaz toxique ayant fait des centaines de morts le 21 août près de Damas.

Moscou, allié du régime de Bachar al-Assad, a rejeté cette demande alors que les Russes avaient déjà --à trois reprises depuis le début du conflit il y a deux ans et demi-- fait usage de leur droit de veto contre des projets de résolution.

Le Conseil de sécurité s'est donc cantonné à exprimer "sa conviction profonde que les individus responsables de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie devraient rendre des comptes".

"Les efforts pour détruire l'arsenal chimique syrien sont essentiels, mais ne règlent pas le problème des armes conventionnelles qui ont causé la mort de l'immense majorité des quelque 100.000 personnes tuées dans le conflit", a également souligné M. Bolopion.

Le communiqué d'Human Rights Watch, dénonçant par ailleurs l'usage de mines antipersonnel, d'armes incendiaires et d'armes à sous-munitions, rejoint les propos du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, qui a demandé à "faire taire toutes les armes" en Syrie.

"Une ligne rouge pour un type d'armes ne signifie pas qu'il y a un feu vert pour en utiliser d'autres", a assuré M. Ban.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué