Dernières Infos

L'Irak rouvre partiellement sa frontière aux réfugiés syriens

Reuters
18/09/2012

L'Irak a partiellement rouvert mardi sa frontière avec la Syrie mais a mis en avant des raisons liées à la sécurité pour refuser l'entrée aux jeunes hommes, disant craindre leur appartenance à des groupes rebelles.


Le point de passage d'Al Kaïm, qui donne accès la province irakienne d'Anbar, avait été fermé fin août. A l'époque, les combats faisaient rage entre les forces syriennes et les rebelles qui se disputaient le contrôle d'un terrain d'aviation et d'une base militaire près de la ville d'Abou Kamal, à quelques mètres du point de passage.


Le maire d'Al Kaïm, Farhan Ftaikhan, joint par téléphone, a précisé que le gouvernement avait donné des ordres pour recevoir une centaine de réfugiés par jour. "La priorité est donnée aux femmes, enfants et personnes âgées, aux blessés et malades, mais exclut les hommes jeunes", a-t-il déclaré.


Le gouvernement irakien, qui doit déjà faire face à sa propre insurrection, dit avoir la preuve que des combattants sunnites traversent la frontière pour aller combattre le président syrien Bachar el-Assad.
Le gouvernement central irakien "craint que certains de ces jeunes hommes soient membres d'el-Qaëda ou de l'Armée syrienne libre", a expliqué un responsable du gouvernorat de la province d'Anbar, tout en estimant que cette décision avait un côté "injuste".


La plupart des habitants d'Abou Kamal ont de la famille à Al Kaïm et le gouvernorat de la province d'Anbar s'était opposé dès le départ à la fermeture de la frontière.


Les centres d'accueil mis en place par les autorités irakiennes peuvent accueillir 500 familles, a précisé le maire d'Al Kaïm.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.