X

La visite de Benoît XVI au Liban

L’homme de paix a parlé

Liban Benoît XVI subjugue par la clarté de sa pensée.
Fady NOUN | OLJ
16/09/2012

Fallait-il une visite du pape pour que le Liban se redécouvre ? Après ce qui s’est passé ces deux derniers jours, après les fêtes de Baabda et de
Bkerké, et en attendant les surprises de la messe d’aujourd’hui et de la rencontre œcuménique de Deir el-Charfé, la réponse à la question pourrait bien être positive.
Et parmi les paroles les plus « vraies » prononcées hier en réaction aux discours prononcés par Benoît XVI, figurent celles qui sont sorties de la bouche de personnalités musulmanes.
« Nos relations privilégiées sont notre message au monde », a affirmé sans détour le mufti de la République dans un mémorandum adressé au pape inspiré des travaux du Comité national pour le dialogue islamo-chrétien.
« Le Liban est un havre de dialogue », a renchéri le ministre de l’Agriculture, Hussein Hajj Hassan. Un havre non seulement pour le dialogue islamo-chrétien, mais aussi pour le dialogue entre les Églises, et pour le dialogue entre sunnites et chiites, a précisé en substance le ministre du Hezbollah.
En donnant le bon exemple, et en se rendant de sa propre initiative à la rencontre du pape avec les jeunes où il s’est assis sur l’une des chaises en plastique installées pour l’occasion, le président Michel Sleiman a affiché devant tout le monde l’importance qu’il accorde personnellement à la parole du pape. Un hommage à sa simplicité n’est pas de trop. Ni à l’exubérance de la foule qui a acclamé le pape sur la route du palais présidentiel.

 

(Lire aussi : L'intégralité du discours du pape aux jeunes à Bkerké)

 


Deux conquêtes
Au second jour de sa visite, et après la signature vendredi d’une Exhortation dont on découvrira la beauté dans les prochains jours, Benoît XVI a donc inscrit hier à son palmarès deux nouvelles conquêtes : celle des esprits et celle des cœurs.

Des esprits adultes, subjugués par la clarté de son discours devant les corps constitués ; des cœurs des jeunes, durant la grande fête de Bkerké.

 

(Retrouvez l'Exhortation apostolique en français, en cliquant ici)


Prisonniers de leurs préjugés, de leurs égoïsmes et même de leurs prérogatives, nos dirigeants n’ont plus d’excuses. Dans le discours de Baabda, ils disposent des points d’appui nécessaires pour remonter la pente. Cachées dans le texte figurent des perles qui orneront dignement les esprits les plus arides. Ainsi, l’allusion au combat spirituel qui fait obstacle à l’éducation et à la paix, thème central du discours.
« Nous devons être bien conscients que le mal n’est pas une force anonyme qui agit dans le monde de façon impersonnelle ou déterministe. Le mal, le démon, passe par la liberté humaine, par l’usage de notre liberté. Il cherche un allié, l’homme. Le mal a besoin de lui pour se déployer. C’est ainsi qu’ayant offensé le premier commandement, l’amour de Dieu, il en vient à pervertir le second, l’amour du prochain », a gravement averti le pape.

 

(Lire aussi : L'intégralité du mot des jeunes adressé à Benoît XVI à Bkerké)

Sur le plan concret
Homme de réflexion, Benoît XVI s’est montré en outre homme de décision. « Il est temps que musulmans et chrétiens s’unissent pour mettre fin à la violence et aux guerres », a-t-il lancé devant les jeunes chrétiens et musulmans qui se côtoyaient à Bkerké, à l’heure même où des flambées irréfléchies de violence dans tout le monde musulman confirment et renforcent les islamophobes dans leurs préjugés.
Le pape a également fait preuve de tendresse à l’égard des jeunes en leur parlant du « grand honneur » qu’il y a à vivre dans une partie du monde qui a vu naître le Christ, et en les encourageant à imiter les saints du temps jadis. Sur le mode spirituel, il a plaidé auprès d’eux pour une « rencontre personnelle du Christ » qui éclaire et donne sens à leur vie.
Mais c’est en les mettant en garde contre les réseaux sociaux où s’efface la frontière entre réel et virtuel, contre le « miel amer » de l’émigration ou les « mondes parallèles » de la drogue et de la pornographie, que Benoît XVI s’est montré le plus paternel.
« Pourquoi Dieu a-t-il choisi cette région du monde qui semble connaître les douleurs d’un enfantement sans fin ? Pourquoi cette région vit-elle dans la tourmente ? Dieu l’a choisie, me semble-t-il, afin qu’elle soit exemplaire, afin qu’elle témoigne à la face du monde de la possibilité qu’a l’homme de vivre concrètement son désir de paix et de réconciliation ! Cette aspiration est inscrite depuis toujours dans le plan de Dieu, qui l’a imprimée dans le cœur de l’homme. C’est de la paix que je désire vous entretenir, car Jésus a dit : « Salami Outikom », a lancé hier matin l’homme de paix.
Fête du matin, fête de midi, fête du soir. La messe en plein air de ce matin ne risque pas de décevoir.

 

 

Lire aussi

Entre Benoît XVI et les jeunes, un moment intense de communion et de ferveur

 

Benoît XVI à Baabda : Le Liban est appelé, maintenant plus que jamais, à être un exemple

 

 

Retrouvez toutes nos informations sur la visite papale, dans notre dossier spécial

À la une

Retour au dossier "La visite de Benoît XVI au Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué