Rechercher
Rechercher

CHRONOLOGIE

L'attentat contre Méchal : une bourde du Mossad

La tentative d’assassinat perpétrée par le Mossad contre le chef du bureau politique de Hamas en Jordanie constitue une «bourde» sans précédent dans l’histoire des services secrets israéliens, estime un analyste israélien.
Les faits d’abord. Khaled Méchal a été attaqué jeudi dernier dans le centre d’Amman par deux hommes qui auraient utilisé une arme sophistiquée dégageant une substance chimique mortelle. Le garde du corps de Méchal, Mohammed Abou Seif, est parvenu à intercepter les deux agresseurs, qui ont été arrêtés par la police jordanienne.
Les deux agents, qui se présentent comme des touristes, étaient détenteurs de passeports canadiens.
Selon la télévision israélienne, les deux agents se sont rendus le matin du 25 septembre au bureau de Méchal, dans le même type de voiture que celle utilisée par les gardes de sécurité de l’ambassade israélienne qui avaient été la cible de tirs trois jours plus tôt.

Mission à Amman

Israël s’est refusé à confirmer ou à infirmer ces informations. Des analystes israéliens estiment pourtant que cette opération porte la signature du Mossad.
«Elle a toutes les caractéristiques d’une opération israélienne», affirme Benny Morris, coauteur d’un ouvrage sur le fonctionnement des services secrets israéliens.
«C’est très probablement à ce jour le gâchis le plus retentissant de l’histoire du Mossad. Tout simplement parce que cette opération n’aurait jamais dû avoir lieu», a-t-il dit.
Cette opération est non seulement mal préparée mais elle est une grave erreur diplomatique car la Jordanie, qui a signé un traité de paix avec Israël en 1994, était le seul véritable «allié» arabe de Benjamin Netanyahu depuis son élection en mai 1996, souligne-t-il.
Le premier ministre israélien a, semble-t-il, tenté de réparer cet impair en dépêchant quatre émissaires, dimanche dernier, à Amman — parmi lesquels le ministre de la Défense Yitzhak Mordehai et le ministre des Infrastructures nationales Ariel Sharon.
Cette mission pacificatrice a très probablement débouché sur la libération du guide spirituel du mouvement de résistance islamique, cheikh Ahmed Yassine, transféré mercredi en Jordanie. Les deux vrais-faux touristes seraient concernés par ce marché.
Benny Morris doute que la Jordanie ait accepté d’emblée de livrer les deux suspects en échange de cheikh Yassine mais leur libération devrait intervenir prochainement, officiellement en geste d’apaisement dans le cadre du processus de paix, explication avancée pour la libération de Yassine, qui était détenu depuis huit ans en Israël.
«Ils (les agents) vont rester en détention une semaine ou dix jours. Il y aura peut-être un procès et puis ils seront libérés. Sinon, je ne vois pas comment on pourrait expliquer la libération de Yassine», note Morris. (Reuter

La tentative d’assassinat perpétrée par le Mossad contre le chef du bureau politique de Hamas en Jordanie constitue une «bourde» sans précédent dans l’histoire des services secrets israéliens, estime un analyste israélien.Les faits d’abord. Khaled Méchal a été attaqué jeudi dernier dans le centre d’Amman par deux hommes qui auraient utilisé une arme sophistiquée dégageant...