Actualités

Bank Austria remporte la bataille pour le Credistanslat

CHRONOLOGIE
14/01/1997
VIENNE, 13 Janvier (Reuter) — La plus longue privatisation de l’histoire autrichienne a pris fin le week-end écoulé après des années de remous politiques, avec la vente du prestigieux Creditanstalt à sa grande rivale, la Bank Austria.
Le chancelier autrichien Franz Vranitzky a annoncé dans la nuit de samedi à dimanche que Bank Austria, la première banque du pays, avait remporté la bataille face à un consortium dirigé par l’assureur austro-italien EA Generali et auquel participaient notamment la Banca Commerciale Italiana.
«Je peux vous dire que la participation de l’Etat dans Creditanstalt ira à l’offre la plus élevée qui est celle de Bank Austria», a dit le chancelier à des journalistes à l’issue de onze heures de discussions serrées entre les dirigeants de son Parti social-démocrate (SPOe) et du Parti populaire (OeVP, conservateur), les deux formations de la coalition au pouvoir.
Le ministre des Finances, Viktor Klima, a précisé que Bank Austria avait proposé un total de 17,2 milliards de shillings (1,55 milliard de dollars) pour racheter les 70% des droits de vote de l’Etat dans Creditanstalt et que cette offre dépassait d’environ trois milliards celle de EA-Generali.
La privatisation du Creditanstalt, fondé par la famille Rothschild en 1855 pour financer les chemins de fer de l’empire austro-hongrois et qui fut la banque des Habsbourg, a toujours opposé sociaux-démocrates et conservateurs et a même failli provoquer l’éclatement de la coalition gouvernementale.
Les conservateurs s’opposaient à la candidature de Bank Austria contrôlée par les sociaux-démocrates de la municipalité de Vienne. Mais l’OeVP a semble-t-il obtenu certaines concessions qui devraient renchérir le coût de l’opération.

À la une

Retour au dossier "Actualités"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué