Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit

Les paramilitaires soudanais recrutent en Centrafrique, s'inquiètent des experts de l'ONU

Des déplacés soudanais arrivent dans la ville de Gedaref, le 10 juin 2024. Photo AFP

Les paramilitaires soudanais des Forces de soutien rapide (FSR) utilisent la Centrafrique comme "ligne d'approvisionnement" et pour recruter de nouveaux combattants, selon un rapport d'experts de l'ONU publié vendredi, qui s'inquiète des "retombées" du conflit au Soudan.

Le conflit qui a éclaté en avril 2023 au Soudan entre l'armée dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane et les FSR de son ex-adjoint devenu rival, le général Mohamed Hamdane Dagalo, a eu "des répercussions majeures sur la situation en République centrafricaine", note le rapport du comité d'experts mandatés par le Conseil de sécurité de l'ONU pour surveiller le régime de sanctions en Centrafrique.

Il évoque notamment la situation humanitaire, avec un afflux de milliers de réfugiés soudanais, ainsi que des "incursions sur le territoire centrafricain" des deux parties du conflit au Soudan et des raids aériens menés par l'armée soudanaise autour du poste-frontière d'Oum Dafouq tenu par les FSR. Cela "continue de constituer une menace pour la sécurité des civils et de faire obstacle aux activités humanitaires dans la région".

Les experts insistent sur l'utilisation par les FSR de la localité d'Am Dafok (côté centrafricain) comme "plaque tournante logistique majeure".

Soulignant que les FSR circulent "facilement" à travers la frontière "grâce à un réseau établi de longue date", le rapport assure aussi que les paramilitaires ont "recruté des éléments au sein de groupes armés centrafricains".

"Des groupes armés de l'opposition centrafricaine auraient activement recruté des éléments pour les envoyer combattre au Soudan sous la bannière (des FSR) et auraient également envoyé certains de leurs propres membres au combat", ajoutent les experts.

Ils notent en particulier la participation aux combats au Soudan dès août 2023 du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC). Et ils soulignent que ce groupe armé et d'autres sont "toujours en mesure de passer en toute liberté du Soudan à la République centrafricaine et d'utiliser le territoire soudanais pour lancer des attaques dans la préfecture de la Vakaga" en Centrafrique.

Dans ce contexte, les experts appellent les autorités centrafricaines à "lutter contre la recrudescence du trafic d'armes en provenance des pays voisins, compte tenu notamment de la situation de conflit qui prévaut actuellement au Soudan, ainsi que contre l'infiltration de combattants étrangers en République centrafricaine, qui fait peser une importante menace à long terme sur la région".

Les paramilitaires soudanais des Forces de soutien rapide (FSR) utilisent la Centrafrique comme "ligne d'approvisionnement" et pour recruter de nouveaux combattants, selon un rapport d'experts de l'ONU publié vendredi, qui s'inquiète des "retombées" du conflit au Soudan.

Le conflit qui a éclaté en avril 2023 au Soudan entre l'armée dirigée par le...