Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit

La crise sanitaire s'aggrave en Cisjordanie, avertit l'OMS

Un Palestinien poussant une bicyclette chargée de sacs de pain, tandis qu'il avance parmi les ruines dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, le 14 juin 2024. ZAIN JAAFAR/AFP

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est alarmée vendredi de l'aggravation de la crise sanitaire en Cisjordanie occupée par Israël, où les restrictions draconiennes, les violences et les attaques contre les infrastructures médicales compliquent l'accès aux soins.

Dans un communiqué, l'agence de l'ONU a appelé "à la protection immédiate et active des civils et du système de santé en Cisjordanie".

Depuis le début, le 7 octobre, de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza, 521 Palestiniens, dont 126 enfants, ont été tués et plus de 5.200, dont 800 enfants, blessés dans des violences en Cisjordanie, a noté l'OMS.

L'Autorité palestinienne au pouvoir en Cisjordanie estime pour sa part qu'au moins 545 personnes ont été tuées par les troupes israéliennes ou par des colons depuis le 7 octobre.

L'afflux des blessés alourdit "le fardeau croissant des traumatismes et des soins d'urgence dans des établissements de santé déjà soumis à rude épreuve", et qui ne peuvent fonctionner qu'à 70% de leur capacité par manque d'argent, a déploré l'organisation.

La Cisjordanie, occupée par Israël depuis 1967, connaît depuis plus d'un an une flambée de violence qui s'est aggravée depuis le 7 octobre.

Ce jour-là, une attaque sans précédent du Hamas contre le sud d'Israël a fait 1.194 morts, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Un total de 251 personnes ont été enlevées en emmenées de force dans la bande de Gaza, où 116 d'entre elles se trouvent encore, dont 41 sont mortes, selon l'armée israélienne.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive à Gaza qui a fait 37.266 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

La plupart des hôpitaux de la bande de Gaza ont été détruits ou lourdement endommagés depuis le début de la guerre, mais l'OMS a également recensé 480 attaques contre des établissements de santé ou des ambulances en Cisjordanie entre le 7 octobre et le 28 mai. Ces attaques ont fait 16 morts et 95 blessés, selon l'organisation.

Toujours d'après l'OMS, l'accès aux soins est en outre compliqué en Cisjordanie par la fermeture de points de passage entre Israël et la Cisjordanie, l'insécurité croissante et le bouclage de villages entiers.

Une grave crise fiscale, aggravée par le fait qu'Israël retient depuis le 7 octobre une part croissante de l'impôt sur le revenu qu'il collecte auprès des Palestiniens, fait que "les soignants ne reçoivent que la moitié de leur salaire depuis presque un an et que 45% des médicaments essentiels sont en rupture de stock", dénonce encore l'OMS.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est alarmée vendredi de l'aggravation de la crise sanitaire en Cisjordanie occupée par Israël, où les restrictions draconiennes, les violences et les attaques contre les infrastructures médicales compliquent l'accès aux soins.

Dans un communiqué, l'agence de l'ONU a appelé "à la protection immédiate...