Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - France

La Nouvelle-Calédonie visée par une cyberattaque "inédite"

Christopher Gyges (à droite), membre du groupe L'Avenir en Confiance, lors d'une conférence de presse aux côtés du ministre de l'Environnement de Nouvelle-Calédonie Jérémie Katidjo Monnier (à gauche) et du membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie Yannnick Slamet (à droite), pour annoncer qu'une « cyberattaque d'une force sans précédent » visant la Nouvelle-Calédonie a été stoppée, avant que des dommages significatifs ne soient causés, à Nouméa, le 22 mai 2024. Photo AFP/DELPHINE MAYEUR

La Nouvelle-Calédonie a subi mardi une "cyberattaque d'une force inédite" qui a depuis été "stoppée", a annoncé mercredi le gouvernement calédonien, des faits qui se sont produits "peu après" l'annonce par le président Emmanuel Macron de sa venue sur l'archipel français, secoué par des troubles. "Nous avons subi la nuit dernière une cyberattaque d'une force inédite en Nouvelle-Calédonie puisqu'un fournisseur d'accès (à internet) a subi une attaque de l'extérieur sur une adresse IP avec le but de saturer le réseau calédonien", a expliqué lors d'une conférence de presse Christopher Gygès, membre du gouvernement collégial local. Depuis, a-t-il indiqué, les "équipes de l'Etat et de l'OPT (office des postes et télécommunications) ont réussi à stopper cette attaque avant qu'il y ait des dégâts importants".

L'attaque s'est produite "très peu de temps après l'annonce de la venue du président de la république en Nouvelle-Calédonie", en fin de matinée mardi, a ajouté M. Gygès.  Emmanuel Macron a quitté Paris mardi soir pour se rendre en Nouvelle-Calédonie, où il prévoit d'installer une "mission" aux contours encore flous, dans le but d'apaiser la situation sur l'archipel, théâtre d'émeutes depuis le 13 mai qui ont fait six morts.

Le parquet de Paris a indiqué à l'AFP que la section de lutte contre la cybercriminalité s'était saisie de l'enquête, après dessaisissement du parquet de Nouméa.  "La situation est en cours d'analyse", a souligné le parquet, précisant que l'attaque avait été réalisée "au préjudice de plusieurs institutions en Nouvelle-Calédonie". "Des millions d'emails ont été envoyés de manière simultanée sur une adresse mail qui avait pour objet de saturer" le réseau "et de le rendre inopérant", a décrit M. Gygès. "Il y a énormément de structures qui ont été touchées, les banques, etc. On a fait ce qu’il fallait faire, on verra bien quels sont les dégâts", a indiqué de son côté Sonia Lagarde, maire de Nouméa, le chef lieu de l'archipel français du Pacifique. 


La Nouvelle-Calédonie a subi mardi une "cyberattaque d'une force inédite" qui a depuis été "stoppée", a annoncé mercredi le gouvernement calédonien, des faits qui se sont produits "peu après" l'annonce par le président Emmanuel Macron de sa venue sur l'archipel français, secoué par des troubles. "Nous avons subi la nuit dernière une cyberattaque d'une force...