Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Deuil

Les alliés de l'Iran pleurent le président Raïssi, "protecteur" de l'axe anti-Israël

Un homme ajuste le drapeau national iranien en berne au Centre culturel de la République islamique d'Iran, à Rawalpindi, le 20 mai 2024, en l'honneur du président iranien Ebrahim Raisi, décédé dans un accident d'hélicoptère. AFP / FAROOQ NAEEM

Du Liban au Yémen en passant par la Syrie, les alliés de l'Iran dans la région ont rendu hommage lundi au président iranien, Ebrahim Raïssi, tué la veille dans un accident d'hélicoptère, saluant son engagement en faveur de "l'axe de la résistance" contre Israël.

Le puissant Hezbollah libanais, armé et financé par l'Iran, et le Hamas palestinien, son allié, ont tous deux rendu hommage au président iranien et au soutien qu'il leur a apporté dans leur lutte contre Israël. "Le président martyr était pour nous un grand frère et un appui solide", a affirmé le Hezbollah, qui mène des attaques contre Israël depuis le sud du Liban, pour soutenir le Hamas dans sa guerre à Gaza. "Il était un protecteur des mouvements de résistance", a ajouté la formation islamiste, rendant également hommage au chef de la diplomatie iranienne, lui aussi tué dans l'accident d'hélicoptère.

Hossein Amir-Abdollahian avait multiplié les déplacements dans la région, notamment au Liban et en Syrie, depuis le début de la guerre à Gaza en octobre, alors que Téhéran s'affiche comme le premier soutien du Hamas. Les alliés du Hamas, notamment le Hezbollah et les rebelles yéménites houthis, sont rassemblés par l'Iran au sein de ce qu'il qualifie d'"axe de la résistance" face à Israël. Le Hamas a salué en la personne du président iranien défunt "un soutien à la résistance palestinienne", soulignant "ses efforts indéfectibles en faveur des Palestiniens" depuis le début de la guerre à Gaza.

Le président syrien, Bachar el-Assad, a lui aussi présenté ses condoléances à l'Iran, qui le soutient depuis le début de la guerre civile dans son pays il y a 13 ans. "La Syrie est solidaire de la République islamique d'Iran (..)" a affirmé le président Assad dans son message aux dirigeants iraniens. "Nous avons œuvré avec le président défunt pour que les relations stratégiques qui lient la Syrie et l'Iran demeurent toujours prospères", a-t-il ajouté.

"Une perte pour le monde islamique "

Au Yémen, les rebelles houthis, soutenus par l'Iran, ont affirmé que la mort de M. Raïssi était "une perte non seulement pour l'Iran, mais aussi pour l'ensemble du monde islamique, pour la Palestine et pour Gaza". Les Houthis mènent des frappes de drones et de missiles contre des navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden, perturbant le commerce maritime mondial dans cette zone stratégique, affirmant soutenir ainsi les Palestiniens à Gaza. Le Liban et la Syrie ont proclamé un deuil officiel de trois jours.

L'Irak, qui abrite des groupes pro-iraniens, a annoncé un deuil officiel d'un jour et son Premier ministre Mohamed Chia al-Soudani a proclamé sa "solidarité avec le peuple iranien". L'ayatollah Ali al-Sistani, la plus haute autorité religieuse de l'islam chiite en Irak, a présenté ses condoléances au peuple et au gouvernement iraniens "et en particulier aux familles endeuillées par cette douloureuse tragédie". Le Hachd al-Chaabi, coalition de groupes armés irakiens pro-Iran, a de son côté souligné que le président Raïssi "avait toujours déclaré que l'Irak et l'Iran formaient un seul peuple qui ne peut être séparé".

D'autres groupes pro-iraniens dans ce pays, notamment Kataeb Hezbollah, ont adressé leurs condoléances au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei. Le groupe Al-Nujaba a souligné le rôle du président Raïssi "dans la défense des causes de la nation islamique", estimant que "la résistance islamique avait perdu l'un de ses piliers".

Du Liban au Yémen en passant par la Syrie, les alliés de l'Iran dans la région ont rendu hommage lundi au président iranien, Ebrahim Raïssi, tué la veille dans un accident d'hélicoptère, saluant son engagement en faveur de "l'axe de la résistance" contre Israël.Le puissant Hezbollah libanais, armé et financé par l'Iran, et le Hamas palestinien, son allié, ont tous...