Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Caucase

Géorgie : l'ONU "regrette profondément" l'adoption de la loi sur l'"influence étrangère"

Des manifestants géorgiens se rassemblent contre le projet de loi controversé sur « l'influence étrangère » à Tbilissi, le 14 mai 2024. AFP / GIORGI ARJEVANIDZE

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk, "regrette profondément" l'adoption par la Géorgie d'une loi sur l'"influence étrangère", selon un communiqué publié mercredi. 

"Les autorités et les législateurs ont choisi d'ignorer les nombreux avertissements des défenseurs des droits humains et des organisations de la société civile. Les impacts sur les droits à la liberté d'expression et d'association en Géorgie risquent malheureusement désormais d'être importants", indique M. Türk dans ce communiqué.

La loi a été largement dénoncée comme une copie de la législation russe utilisée pour faire taire la dissidence. "La capacité des associations à rechercher, obtenir et utiliser des ressources est essentielle à leur fonctionnement. Cette loi trop vague risque de voir les associations stigmatisées et qu'elles doivent faire face à une atmosphère de méfiance, de peur et d'hostilité", a souligné M. Türk. "L'obligation d'enregistrement pourrait également avoir un effet dissuasif sur elles, réduisant considérablement leurs activités", a ajouté le Haut-Commissaire. "Etouffer les opinions diverses sur des questions d'intérêt public majeur ne fera que compliquer la capacité du gouvernement à répondre efficacement aux nombreux défis auxquels le pays est confronté par des mesures législatives et politiques judicieuses", insiste le responsable onusien.

Des semaines de rassemblements massifs contre le projet de loi à Tbilissi ont culminé samedi, lorsque près de 100.000 personnes sont descendues dans les rues lors du plus grand rassemblement antigouvernemental de l'histoire récente de la Géorgie. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a déjà exprimé ses inquiétudes quant au recours inutile et disproportionné à la force contre les manifestants.  "J'appelle les autorités géorgiennes à s'appuyer sur les récentes avancées importantes en matière de droits humains et à travailler avec la dynamique société civile du pays pour résoudre les défis actuels par le biais d'un processus inclusif et centré sur les droits", a-t-il dit.


Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk, "regrette profondément" l'adoption par la Géorgie d'une loi sur l'"influence étrangère", selon un communiqué publié mercredi. 

"Les autorités et les législateurs ont choisi d'ignorer les nombreux avertissements des défenseurs des droits humains et des organisations de la...