Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - France

Le gouvernement dissout un groupuscule d'ultradroite

Le ministre français de l'Intérieur Gerald Darmanin prononce un discours lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 28 novembre 2023. Photo Ludovic MARIN / AFP

Le groupuscule d'ultradroite Division Martel, qui avait notamment projeté d'attaquer des supporters maghrébins en marge du Mondial-2022 de foot, a été dissous mercredi en Conseil des ministres, a annoncé le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin sur son compte X.

Selon le décret de dissolution, la Division Martel, qui compte une trentaine de membres, prône un combat par la violence "contre les antifas et les personnes issues de l’immigration ou présumées musulmanes" pour "favoriser l’avènement d’une suprématie nationaliste et xénophobe".

"Le groupement propage des idées justifiant la discrimination et la haine envers les personnes étrangères ou les Français issus de l'immigration, notamment par leur assimilation à des délinquants ou des criminels", indique le décret. 

"Cette idéologie se traduit par une recherche permanente de confrontation se matérialisant par l’organisation d’opérations punitives à l’encontre de ces personnes", poursuit le texte. "Ce groupuscule incite à la violence et à la haine raciale. Il n’a pas sa place dans notre République", a souligné mercredi M. Darmanin sur son compte X.

Le ministre avait annoncé le 28 novembre proposer sa dissolution, et celle de deux autres groupuscules d'ultradroite. La procédure en ce qui les concerne est en cours, a précisé le ministère de l'Intérieur à l'AFP.

M. Darmanin avait souligné auprès de l'AFP, au moment de son annonce, que "les services travaillaient depuis plusieurs mois" sur la Division Martel, dont un membre "est soupçonné d’avoir contribué à la coordination" d'une manifestation violente à Romans-Sur-Isère, dans le sud-est de la France. 

Dans la nuit du 25 au 26 novembre, des militants d'ultradroite s'étaient rendus dans cette commune, pour en "découdre", selon les autorités, avec les jeunes du quartier de la Monnaie d'où sont issus plusieurs des mis en cause dans la mort de Thomas, 16 ans, poignardé en marge d'un bal dans le village de Crépol. 

Né au second semestre 2022, le groupuscule s'était fait remarquer en décembre 2022 lors d'une tentative de "ratonnade" visant des supporters maghrébins en marge de la demi-finale de Coupe du monde de football France-Maroc.

D'abord appelée Légionnaires Paris, la Division Martel, présente essentiellement en région parisienne, s'est rebaptisée en référence à la bataille de Poitiers en 732 au cours de laquelle le chef franc Charles Martel repoussa les armées du califat omeyyade, rapporte le décret.

La mouvance identitaire française regrouperait près de 3.300 personnes, dont 1.300 fichés S car pouvant potentiellement menacer la sûreté de l'Etat, selon un récent rapport parlementaire.


Le groupuscule d'ultradroite Division Martel, qui avait notamment projeté d'attaquer des supporters maghrébins en marge du Mondial-2022 de foot, a été dissous mercredi en Conseil des ministres, a annoncé le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin sur son compte X.

Selon le décret de dissolution, la Division Martel, qui compte une...