Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit Hamas-Israël

Des milliers de soutiens aux Palestiniens de nouveau dans la rue à Paris


Des manifestants allument des fumigènes lors d'une manifestation pro-palestinienne à Paris, le 2 décembre 2023. Photo par Dimitar DILKOFF / AFP

Des milliers de soutiens au peuple palestinien sont de nouveau descendus dans la rue samedi à Paris avec des slogans réclamant un « cessez le feu permanent » dans le conflit entre Israël et le Hamas et dénonçant un « génocide » des Palestiniens.

Une quarantaine de rassemblements étaient organisés en France, au lendemain de la reprise des bombardements de la bande de Gaza par l'armée israélienne et l'expiration d'une trêve avec le Hamas, qui a permis la libération d'otages.

Dans la capitale, la manifestation a réuni 7.000 personnes, selon la préfecture de police, soit autant que lors d'un précédent rassemblement le 19 novembre mais moins que les 4 novembre (19.000) et le 11 novembre (16.000). Les organisateurs ont revendiqué 60.000 participants. « Nous sommes tous des enfants de Gaza », ont scandé des manifestants, qui ont bravé le froid hivernal derrière une banderole appelant à un « cessez le feu permanent » dans le conflit né de l'attaque sanglante du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre, qui a entraîné la riposte d'Israël avec pour objectif « d'anéantir » le mouvement islamiste palestinien. Des pancartes dénonçaient un « génocide en Palestine », a constaté une journaliste de l'AFP.

Le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, présent avec des élus de son parti dont les députées Mathilde Panot et Aurélie Trouvé, a jugé devant la presse que la reprise des bombardements israéliens à Gaza présentait « tous les indices d'une volonté génocidaire ».

Juché pendant la manifestation sur un camion, il a harangué les manifestants en qualifiant d' »intolérable » qu'il soit « mort à Gaza en 42 jours plus de monde qu'il n'en a jamais été tué en quatre ans de siège à Sarajevo ».

Motion en Martinique 

La cheffe des écologistes, Marine Tondelier, a plaidé pour « l'entrée de la Cour pénale internationale à Gaza », « le seul moyen d'avoir des observateurs impartiaux » sur place. La représentante de l'Autorité palestinienne en France, Hala Abou Assira, a insisté sur la nécessité d'un « cessez-le-feu immédiat » et réclamé que « le monde démocratique (...) oblige Israël à arrêter son agression ».

Martine Bezzina, 70 ans, veut que « le peuple palestinien puisse vivre côte-à-côte avec le peuple israélien ». « C'est ce que demandent les populations. La sécurité d'Israël passe par la sécurité et l'existence de la Palestine », ajoute cette manifestante venue en famille.

A Toulouse, ils étaient 600, selon la préfecture, 2.000 selon les organisateurs, avec des pancartes comme « Israël assassin, Biden complice ». Alexane, une étudiante en droit des médias de 22 ans qui n'a pas souhaité communiquer son patronyme, voudrait qu' »on donne au peuple palestinien les ressources nécessaires pour que la solution à deux Etats lui permette de vivre de manière convenable, autrement, le gouvernement israélien continuera à l'opprimer ».

A Montpellier, ils étaient 500 selon les autorités, et à Rennes quelques centaines, selon l'AFP. Le président de l'association France Palestine solidarité à Rennes, Moulay Hamid, a déploré au micro l'inaction du gouvernement Macron et de la communauté internationale.

Les élus de l'Assemblée territoriale de Martinique ont de son côté adopté vendredi une « motion de soutien au peuple palestinien » pour condamner « toutes les violences commises contre des civils », « l'attaque organisée par le Hamas à l'encontre de civils israéliens », « les crimes de guerre commis par l'État d'Israël » et « exige(r) un cessez-le-feu immédiat ».

Une manifestation sur l'île a réuni une soixantaine de personnes samedi, dont des élus, selon la police.

Des milliers de soutiens au peuple palestinien sont de nouveau descendus dans la rue samedi à Paris avec des slogans réclamant un « cessez le feu permanent » dans le conflit entre Israël et le Hamas et dénonçant un « génocide » des Palestiniens.Une quarantaine de rassemblements étaient organisés en France, au lendemain de la reprise des bombardements de la bande de...