Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Justice

La CPI obtient de nouveaux moyens financiers et techniques pour son action en Ukraine


La CPI obtient de nouveaux moyens financiers et techniques pour son action en Ukraine

Le procureur de la CPI Karim Khan le 27 mai 2022 à La Haye. Photo JOHN THYS / AFP

La Cour pénale internationale (CPI) a obtenu lundi davantage de moyens financiers et techniques de la part d'une quarantaine de pays réunis à Londres pour poursuivre ses investigations en Ukraine, trois jours après avoir émis un mandat d'arrêt contre le président russe Vladimir Poutine.

"Etant donné la mise en accusation du président Poutine vendredi, il était très important (...) de montrer notre soutien concret à la CPI", s'est félicité Dominic Raab, le ministre britannique de la Justice, à l'issue d'une conférence internationale réunissant ministres de la Justice et représentant d'une quarantaine d'Etats à Londres.

A l'issue de cette journée "nous avons levé plus de 4 millions de livres et de nombreux soutiens non-financiers et techniques" pour l'action de la CPI en Ukraine, a-t-il ajouté.

En ouvrant cette conférence, son procureur, Karim Khan avait réclamé davantage de moyens. "Nous avons besoin collectivement de persévérance pour parvenir à rendre la justice", avait-il insisté alors qu'en coulisse les discussions se poursuivent pour savoir quelle forme prendrait un tribunal pour juger les crimes perpétrés en Ukraine.

La CPI, basée à La Haye, a engagé une enquête sur de possibles crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis dans le cadre de la guerre lancée par Moscou contre l'Ukraine le 24 février 2022, dont sont accusées les forces russes dans l'immense majorité des cas.

Vendredi, elle a émis un mandat d'arrêt contre le président russe Vladimir Poutine et la commissaire russe aux droits des enfants, Maria Lvova-Belova, pour le crime de guerre de "déportation illégale" d'enfants ukrainiens. M. Khan a qualifié de "triste" et "sombre" cette décision, qui vise pour la première fois le dirigeant d'un des cinq Etats membres permanents du conseil de sécurité de l'ONU, et appelé la Russie à "rendre" les enfants ukrainiens à leurs familles.

En représailles à la décision de la CPI qu'elle a qualifiée de "nulle et non avenue", la Russie a annoncé lundi l'ouverture d'une "enquête pénale" contre M. Khan et trois autres juges de la Cour. "Si le bruit est inévitable, nous devrions nous concentrer sur ce qui se passe vraiment et la nécessité d'avoir une enquête indépendante et impartiale", a insisté lundi M. Khan, remerciant les pays présents pour leur soutien, dont le Japon, la Pologne et la France, le Ghana ou l'Espagne.

"Soutien total"

"Ce qui est important aujourd'hui c'est de rappeler notre soutien total à toutes les décisions prises, ou qui seront prises à l'avenir par la CPI, parce que c'est une instance indépendante", a insisté le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, à des journalistes en marge de la conférence.

"Je veux simplement vous demander de soutenir la CPI avec toutes les ressources nécessaires", a plaidé le ministre ukrainien de la Justice, Denys Maliuska, devant ses homologues. "Le monde doit voir que personne n'est au-dessus de la justice", a insisté le président ukrainien Volodymir Zelensky dans un message vidéo diffusé à la fin de la conférence.

Parmi les pays ayant renforcé leur soutien financier, figurent le Royaume-Uni, les Pays-bas mais aussi l'Union européenne.

"Les membres de l'Union européenne poursuivront leurs efforts pour renforcer le soutien de l'UE au travail de la CPI et pour s'assurer que les responsabilités soient assumées pour les principaux crimes commis en Ukraine", a indiqué dans un communiqué le ministre suédois de la Justice Gunnar Strömmer, dont le pays assure la présidence du Conseil de l'UE.

L'UE a mobilisé plus de 10 millions de livres pour la CPI depuis le début de la guerre en Ukraine, a précisé M. Reynders, qui a aussi rappelé la volonté de l'UE d'amender si besoin le traité de Rome ayant institué la CPI pour permettre à la Cour de juger les "crimes d'agression" commis par la Russie.

Une demande appuyée par le procureur général d'Ukraine, Andriy Kostin pour qui "ces crimes de guerre n'auraient pas été commis si le crime d'agression n'avait pas été commis par Poutine".


La Cour pénale internationale (CPI) a obtenu lundi davantage de moyens financiers et techniques de la part d'une quarantaine de pays réunis à Londres pour poursuivre ses investigations en Ukraine, trois jours après avoir émis un mandat d'arrêt contre le président russe Vladimir Poutine."Etant donné la mise en accusation du président Poutine vendredi, il était très important (...) de...