Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Télécoms

Grève d’Alfa et Touch : le ministre brandit la menace judiciaire, le syndicat l’escalade

Grève d’Alfa et Touch : le ministre brandit la menace judiciaire, le syndicat l’escalade

Le ministre sortant des Télécoms, Johnny Corm, lors d’une conférence de presse tenue l’été dernier. Photo DR

Le dialogue de sourds entre le ministre sortant des Télécoms Johnny Corm et le syndicat des opérateurs de téléphonie mobile au Liban s’est poursuivi jeudi. Une quatrième journée de grève consécutive qui a vu le ministre brandir la menace d’un recours judiciaire « pour trouver une solution » à cette crise, a-t-il déclaré jeudi dans la presse locale, ajoutant que la revendication du syndicat d’appliquer « le contrat collectif de travail » pourrait se retourner contre les employés. « L’appliquer signifierait cesser de payer les salaires en dollars (frais). Accepteront-ils cela ? » a-t-il interrogé de manière rhétorique, alors que la livre libanaise a perdu plus de 96 % de sa valeur en trois ans de crise.

De son côté, Marc Aoun, président du syndicat, a une nouvelle fois exigé jeudi l’application de ce contrat « pour corriger le déséquilibre salarial », accusant les responsables du secteur d’avoir préparé « une liste de salariés à promouvoir » pour les désolidariser du mouvement de grève et y mettre fin. En réponse aux menaces formulées par le ministre des Télécoms, le syndicaliste a lui brandi la perspective d’une « escalade » jusqu’à la mise en œuvre de leurs revendications. Pour rappel, le syndicat réclame des augmentations salariales contractuelles « dues depuis 2018 » et « l’égalité entre les salariés » pour leurs promotions et/ou hausses salariales.

Le salaire des employés d’Alfa et Touch est payé selon un partage entre 25 % en dollars frais et 75 % en dollars libanais (8 000 livres le dollar). À cela s’ajoutent des avantages sociaux comme une aide scolaire pouvant aller jusqu’à 8 000 dollars (dont 20 % en dollars frais) et une police d’assurance de 1re classe (in & out) valable également pour les parents et les enfants des employés, entre autres, avait listé mardi Johnny Corm lors d’un entretien avec L’Orient-Le Jour. « En moyenne, leur rémunération équivaut à 2 500 dollars par mois », soulignait-il. Un chiffre contesté par le président du syndicat, tenu responsable par le ministre de ce mouvement de grève qu’il craint d’être « politisé », avait-il également supputé mardi.

Mercredi, le ministre sortant du Travail Moustapha Bayram et le président de la commission des Médias et des Télécoms Ibrahim Moussaoui, appelés en renfort par Johnny Corm, avaient annoncé « une réunion d’urgence » avec le syndicat, sans toutefois en préciser la date.

Contacté par L'Orient-Le Jour jeudi, M. Corm a confirmé que la réunion a eu lieu jeudi, mais que les négociations étaient toujours en cours.


Le dialogue de sourds entre le ministre sortant des Télécoms Johnny Corm et le syndicat des opérateurs de téléphonie mobile au Liban s’est poursuivi jeudi. Une quatrième journée de grève consécutive qui a vu le ministre brandir la menace d’un recours judiciaire « pour trouver une solution » à cette crise, a-t-il déclaré jeudi dans la presse locale, ajoutant que la revendication...