Rechercher
Rechercher

Politique - Cette année où tout a basculé / Grand angle

Avec Bachir Gemayel, un autre Liban était-il possible ?

C’était il y a quarante ans. Une année de poussière et de sang pour le Liban. De coups de théâtre et de rumeurs qui deviennent réalité. De clochards qui réapparaissent en espions et d’Israéliens qui s’invitent à Bickfaya pour un enterrement. Elle n’est pas unique en son genre. Mais elle a été épiée par les caméras du monde entier. C’est l’année 1982. Celle de la drôlement nommée opération « Paix en Galilée » et de la présidence la plus courte de l’histoire du pays. Celle des faux adieux de Yasser Arafat et d’un massacre de civils camouflé sous une décharge à ordures. Une débâcle. Un nouveau « Stalingrad ». L’année où tout a changé. L’année où rien n’a changé pour le Liban. Troisième épisode de notre série dédiée à cet été où tout a basculé.

Avec Bachir Gemayel, un autre Liban était-il possible ?

Bachir Gemayel et deux miliciens des Forces libanaises à la hauteur de la station d’essence Abourrousse (Sodeco), le 2 juillet 1981. ©Archives L’OLJ

Charles a 20 ans. À sa naissance, son père, un ancien combattant des Forces libanaises, a couru chez le moukhtar pour le déclarer. Prénom : Bachir. Lorsqu’elle l’apprend, sa mère, furieuse, supplie le fonctionnaire de rectifier l’acte de...
Charles a 20 ans. À sa naissance, son père, un ancien combattant des Forces libanaises, a couru chez le moukhtar pour le déclarer. Prénom : Bachir. Lorsqu’elle l’apprend, sa mère, furieuse, supplie le fonctionnaire de rectifier l’acte de...
commentaires (9)

Je pense sincèrement que oui; avec Bachir GEMAYEL un autre Liban était possible. Un Liban neuf, sans oublier "le vieux"... Ce n'est que mon opinion, et cela n'engage que moi. Sans oublier que je ne suis qu'un étranger. C'étaient mes 20 ans. On croyait beaucoup de choses possibles à l'époque, quand il y avait un vrai chef à l'horizon.

CODANI Didier

13 h 50, le 18 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Je pense sincèrement que oui; avec Bachir GEMAYEL un autre Liban était possible. Un Liban neuf, sans oublier "le vieux"... Ce n'est que mon opinion, et cela n'engage que moi. Sans oublier que je ne suis qu'un étranger. C'étaient mes 20 ans. On croyait beaucoup de choses possibles à l'époque, quand il y avait un vrai chef à l'horizon.

    CODANI Didier

    13 h 50, le 18 septembre 2022

  • Merci pour cet article et la question en conclusion. Est ce qu'un homme qui a fait la guerre civile, commandité des meurtres et des massacres, peut à la sortie de cette guerre, prendre, sans problèmes, la présidence du pays, et poursuivre une politique saine et transparente ? On a pas à regarder très loin, la présidence de Camille Chamoun, n'était non plus un succès politique ou sécuritaire. Même avec toutes les bonnes volontés, je pence que le résultat n'aurait pas été si différent que l'actuel. Pots de vins, partage de gateau, etc.

    Ghali Elias

    20 h 01, le 14 septembre 2022

  • https://www.amazon.fr/B%C3%89CHIR-GEMAYEL-LESPRIT-DUN-PEUPLE/dp/6144512985/ref=sr_1_1?crid=3I94R6B6CQ1OQ&keywords=bechir+gemayel+ou+l%27esprit&qid=1663160597&sprefix=%2Caps%2C40&sr=8-1

    yves choueifaty

    16 h 03, le 14 septembre 2022

  • Cheikh Bachir le dernier sauveur du Liban! Paix à son âme!

    Salamé Bassam

    14 h 09, le 14 septembre 2022

  • "Bachir lui rappelle qu’il est président de la République et quitte la réunion, furieux". Cette scène est racontée par Georges Freyha dans son excellent livre "Avec Bachir" également...Mais Bachir semble oublier qu'il n'est président que grâce à Begin. Il aurait dû réfléchir cent fois avant de se lancer dans son alliance avec les Israéliens...La folie des grandeurs mène toujours un homme à sa perte.

    Georges MELKI

    12 h 35, le 14 septembre 2022

  • C’était un homme avec ses forces et faiblesses mais au moins il avait des convictions nationales et de forts principes, pas comme la classe politique actuelle représentée par Michel Aoun et son gendre, occupée seulement à défendre leurs intérêts mesquins au détriment de tout le reste

    AFL

    10 h 39, le 14 septembre 2022

  • Dans chaque pays il y a un grand homme par siècle. Au Liban ça a été Le Président Martyr Cheikh Bechir Gemayel au 20eme siècle. Espérons qu’au 21eme siècle, on aura a nouveau un grand homme qui ne semble pas encore né, hélas !

    Lecteur excédé par la censure

    10 h 05, le 14 septembre 2022

  • Si un jour, dans une quarantaine d’années, il prenait à quelqu'un l’idée loufoque d'écrire un article sur gendrillon, celui-ci tiendrait en trois mots de deux lettres: ha ha ha

    Gros Gnon

    09 h 29, le 14 septembre 2022

  • Les syriens ont encore par l elimination de Feu le president gemayel, aneanti tout espoir de renouveau. Jamais oublier , jamais pardonner

    Robert Moumdjian

    09 h 18, le 14 septembre 2022

Retour en haut