Poème d’ici

Poème d’ici d’Akl Awit

Né à Beyrouth en 1952, Akl Awit est poète, critique littéraire, journaliste et professeur universitaire libanais. Il a dirigé pendant longtemps le « Moulhak », supplément culturel hebdomadaire du quotidien libanais An-Nahar. Nombre de ses poèmes ont été traduits et publiés en plusieurs langues dans divers magazines et anthologies poétiques. Ses œuvres sont notamment traduites en français. Intitulé Le Pays, son dernier recueil, traduit de l’arabe par Renée Asmar Herbouze, vient de paraître aux éditions Naufal.

Poème d’ici d’Akl Awit

D.R.

Vision 9 

Ta tête est le nuage

Le tilleul céleste

Tes pieds sont l'herbe

Tes pieds qui foulent le nectar, la terre, le fleuve et

la mer

Et l'accès du possible à l'impossible.

Et tu éclos

En douleur dans l'esprit

Tu éclos dans la terre rocailleuse

En un olivier blessé

Tu éclos dans le livre

Noyé dans les feuilles du vent

Tu éclos en la lumière d'une lanterne intime

Posée sur la table d'une chambre

Tu éclos en un verger de blé

S'appuyant sur la pensée d'une plaine

Tu éclos en peuplier

En lys féroce dans les arêtes d'une courbe de paysage

Tu éclos en un rossignol vagabond

Dans les sentiers de la vallée

Tu éclos en révolutionnaire

Tu éclos en un cèdre noble dans les montagnes

En poème dans le noyau de notre être

En poème dans le réel et dans la demeure de

l'imaginaire.


Vision 9 Ta tête est le nuage Le tilleul céleste Tes pieds sont l'herbe Tes pieds qui foulent le nectar, la terre, le fleuve et la mer Et l'accès du possible à l'impossible. Et tu éclos En douleur dans l'esprit Tu éclos dans la terre rocailleuse En un olivier blessé Tu éclos dans le livre Noyé dans les feuilles du vent Tu éclos en la lumière d'une lanterne intime Posée sur la...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut