Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Sécurité alimentaire

Le projet de prêt de la Banque mondiale pour financer les importations de blé envoyé au Parlement

Le projet de prêt de la Banque mondiale pour financer les importations de blé envoyé au Parlement

Une file dans une boulangerie à Beyrouth l'été dernier. Photo d'archives Anwar AMRO/AFP

Le ministre de l’Économie et du Commerce, Amine Salam, a indiqué lundi lors d’une conférence de presse à Beyrouth que le projet de prêt de 150 millions de dollars, récemment approuvé par la Banque mondiale pour permettre au Liban de financer ses importations de blé tout en subventionnant le prix, avait été approuvé par le Conseil des ministres vendredi et envoyé depuis au Parlement, renouvelé lors des élections du 15 mai.

Le ministre a appelé la nouvelle Assemblée à « adopter rapidement » le texte car « chaque retard affectera la sécurité alimentaire » des Libanais, sachant que ses effets ne se matérialiseront que d’ici à « deux mois », le temps que le processus soit mené à terme. Il a ajouté que le pays disposait de suffisamment de stocks de blé pour garantir la production de pain arabe pendant cette période, entre les importations assurées par le secteur privé et celles devant être financées par une enveloppe de « 12 millions de dollars » approuvée par le Conseil des ministres. Cette dernière enveloppe ne permettra d’assurer du blé que pour ce type de pain uniquement pour « deux semaines et demie », toujours selon le ministre qui a ajouté que le Liban avait besoin de 200 à 220 millions de dollars par an pour garantir l’ensemble de ses besoins en blé. Les 150 millions de dollars prêté par la BM assureraient donc les besoins du pays « pour les 9 prochains mois ». Il a en outre affirmé que les deux priorités du pays sur ce dossier consistaient à reconstruire les silos de blé et à mettre en place une politique de prix adaptée aux classes les plus pauvres.

Les importations de blé sont subventionnées par un mécanisme mis en place par la Banque du Liban (BDL) lorsque la crise que traverse le pays a commencé à s’aggraver fin 2019. Il permet aux importateurs de convertir au taux officiel (1507,5 livres pour un dollar) leurs livres contre des dollars destinés à payer leurs fournisseurs. Le dispositif permet de mitiger l’impact de la dépréciation massive de la livre (plus de 32 000 livres pour un dollar lundi) sur le prix en livres du pain, qui plus est dans un contexte international marqué par une inflation des denrées alimentaires.


Le ministre de l’Économie et du Commerce, Amine Salam, a indiqué lundi lors d’une conférence de presse à Beyrouth que le projet de prêt de 150 millions de dollars, récemment approuvé par la Banque mondiale pour permettre au Liban de financer ses importations de blé tout en subventionnant le prix, avait été approuvé par le Conseil des ministres vendredi et envoyé depuis au...