Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Iran

Des chauffeurs de bus arrêtés après avoir manifesté


Des chauffeurs de bus arrêtés après avoir manifesté

Téhéran en pleine tempête de sable, le 17 mai 2022. Photo d'illustration AFP

Des chauffeurs de bus ayant manifesté à Téhéran pour la deuxième journée d'affilée pour réclamer des hausses de salaire ont été arrêtés, ont rapporté mardi des médias locaux.

"Des chauffeurs ont été détenus (lundi) pendant un rassemblement devant le siège de la Société de transport de Téhéran", a indiqué Mohsen Bagheri, un responsable de la société cité par l'agence de presse Ilna. "D'autres chauffeurs ont été arrêtés pendant la manifestation" mardi. M. Bagheri n'a pas dit pourquoi les chauffeurs avaient été arrêtés ni précisé leur nombre, espérant qu'ils seraient bientôt relâchés. "Les travailleurs ne veulent rien d'illégal, ils réclament seulement une hausse légale des salaires", a-t-il ajouté.

Le journal réformateur Shargh avait rapporté lundi sur Twitter, une manifestation de dizaines de chauffeurs de bus qui se sont mis en grève à Téhéran pour dénoncer le non-respect d'une décision du Conseil supérieur de l'emploi, exigeant une hausse de 10% des salaires. Ils ont scandé des slogans hostiles au maire de Téhéran, Alireza Zakani, l'accusant d'"incompétence" et appelant à sa démission, selon une vidéo diffusée par Shargh.

Mardi, des bus ont été aperçus dans les rues de Téhéran, selon des journalistes de l'AFP sur place, mais on ignorait si la grève se poursuivait.

Le maire de Téhéran a rencontré un groupe de chauffeurs lundi et assuré qu'un comité examinait la possibilité de hausser les salaires, selon l'agence de presse officielle Irna.

L'économie iranienne souffre des sévères sanctions américaines. L'inflation tourne autour de 40%, selon les données officielles. Le gouvernement a annoncé le 9 mai une série de mesures, dont la levée des subventions sur la farine et l'augmentation des prix de certaines denrées comme l'huile et les produits laitiers. Après cette décision, des centaines de personnes ont manifesté dans le pays pour dénoncer l'augmentation des prix des aliments de base, selon l'agence officielle Irna qui a fait état d'une vingtaine d'arrestations. Samedi, un député iranien proche des milieux syndicaux, Ahmad Avaï, a affirmé qu'une personne avait été tuée lors des manifestations sans préciser la date ou les circonstances exactes de sa mort.

Ces dernières années, de nombreuses manifestations ont eu lieu en Iran pour réclamer de meilleures conditions de vie, notamment en novembre 2019 après une augmentation des prix du carburant.

Selon les autorités, 230 personnes avaient été tuées dans des violences liées aux manifestations. Des experts travaillant pour l'ONU évoquent eux un bilan de 400 morts. 


Des chauffeurs de bus ayant manifesté à Téhéran pour la deuxième journée d'affilée pour réclamer des hausses de salaire ont été arrêtés, ont rapporté mardi des médias locaux.
"Des chauffeurs ont été détenus (lundi) pendant un rassemblement devant le siège de la Société de transport de Téhéran", a indiqué Mohsen Bagheri, un responsable de la société cité par l'agence de...