Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Reprise du ramassage des déchets à Beyrouth et dans le Metn

Reprise du ramassage des déchets à Beyrouth et dans le Metn

Des ordures amoncelées dans les rues du Metn. Photo d'illustration/Marc Fayad

Le ramassage des déchets à Beyrouth et dans le Metn, suspendue depuis vendredi après la mort d'un chiffonnier, tué dans la décharge de Jdeidé par un camion de la société Ramco, a repris mercredi matin, à la suite d'un accord pour la surveillance de cette décharge. Tous les déchets accumulés ces cinq derniers jours dans les rues de la capitale et du Metn seront évacués d'ici demain jeudi, selon l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle).

L'accord, qui consiste à empêcher les chiffonniers d'entrer dans la décharge, a été trouvé lors d'une réunion entre les ministres de l'Intérieur et de l'Environnement, Bassam Maoulaoui et Nasser Yassine, les mohafez de Beyrouth et du Mont-Liban, Marwan Abboud et Mohammad Makkaoui, le président du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), Nabil Jisr et des responsables municipaux et des forces de sécurité.

De nombreux chiffonniers s'introduisent en effet régulièrement dans les décharges de Bourj Hammoud (au nord de Beyrouth) et celle de Costa Brava (au sud de la capitale), les autorités étant incapables d'assurer la sécurité de ces sites de manière efficace. Les sociétés de ramassage et de transport d'ordures se plaignent régulièrement de cette situation. 

Vendredi, la société Ramco, en charge de la collecte des déchets au Liban, dans le Metn et au Kesrouan, avait décidé de suspendre ses opérations après l'accident survenu dans la décharge de Jdeidé. En raison de cette décision, le week-end pascal avait été marqué par un énième amoncellement des ordures ménagères, dans un pays tristement habitué à des crises de déchets chroniques, surtout depuis 2015.

Début avril, les détritus avaient jonché les rues de la banlieue-sud de Beyrouth, ainsi que celles des cazas de Baabda, Aley et du Chouf. Toutes ces régions sont desservies par la compagnie City Blu, qui travaille pour le compte de l’État et transporte les déchets vers la décharge de Costa Brava, sur le littoral de Choueifat, au sud de la capitale. City Blu avait motivé cette situation par des raisons financières, ses ouvriers étant en grève en raison du refus des banques de débloquer leurs salaires. La Banque du Liban avait finalement accepté d'augmenter le plafond de retraits en livres libanaises pour la compagnie privée afin qu'elle puisse payer ses employés. City Blu avait alors repris son activité.


Le ramassage des déchets à Beyrouth et dans le Metn, suspendue depuis vendredi après la mort d'un chiffonnier, tué dans la décharge de Jdeidé par un camion de la société Ramco, a repris mercredi matin, à la suite d'un accord pour la surveillance de cette décharge. Tous les déchets accumulés ces cinq derniers jours dans les rues de la capitale et du Metn seront évacués d'ici demain...