Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Importation d'électricité au Liban

"Le financement de la Banque mondiale est l'étape essentielle restante", affirme Fayad

Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Walid Fayad, au palais présidentiel de Baabda, le 11 novembre 2021. Photo Dalati et Nohra

Le ministre libanais de l'Energie, Walid Fayad, a affirmé que "le financement de la Banque mondiale est l'étape essentielle restante" pour importer de l’électricité produite en Jordanie et du gaz d’Egypte, via un circuit intégrant la Syrie, alors que le Liban reste plongé chaque jour dans le noir pendant de longues heures, rapporte samedi l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). 

"Nous sommes parvenus au dernier round qui comprend l'approbation par la Banque mondiale du financement de l'approvisionnement en courant par du gaz importé d'Egypte et de l'électricité de Jordanie, ce qui pourrait, à priori, assurer au Liban près de six heures supplémentaires d'électricité, qui viendront s'ajouter aux quatre heures obtenues de l'Irak", a expliqué M. Fayad. "Un contrat a été signé avec la Jordanie, il est prêt à être exécuté quand le financement nécessaire sera garanti", a ajouté le ministre en notant qu'un contrat avec l'Egypte sera "prêt à être signé dans les prochains jours".

Selon M. Fayad, "le financement de la Banque mondiale est l'étape essentielle restante pour obtenir du gaz de l'Egypte, puis un feu vert américain complet et non pas de principe, formulé par écrit, afin qu'aucun de ces accords ne soit soumis à des répercussions négatives de la loi César", qui impose des sanctions sévères contre toute personne ou entité soutenant le régime syrien dans certains secteurs économiques, notamment la reconstruction, mais aussi le pétrole et le gaz. "La balle est dans le camp de la Banque mondiale aujourd'hui", a-t-il dit.

"Suite aux problèmes auxquels le plan de l'électricité était confronté pendant cinq mois, je peux maintenant dire que ce plan, qui constitue une exigence de la communauté internationale et de la Banque mondiale en vue d'obtenir un financement pour le carburant dont on a besoin pour augmenter les heures d'approvisionnement en courant, a été approuvé", a rappelé le ministre. Mercredi dernier, le Conseil des ministres, qui avait donné son feu vert au plan de réforme du secteur de l'électricité présenté M. Fayad, avait également validé les contrats pour la construction de deux nouvelles centrales à Deir Ammar (Liban-nord) et Zahrani (Liban-sud).

Interrogé au sujet d'une offre iranienne pour construire deux centrales électriques au Liban, M. Fayad a précisé que ce sujet devrait être abordé au sein du "gouvernement qui prend des décisions correspondant à l'intérêt national".

Les projets d'accords énergétiques permettant d’importer de l’électricité produite en Jordanie et du gaz d’Egypte, par un circuit intégrant la Syrie, ont été adoptés fin février par le Conseil des ministres. Ils sont intégrés à un plan de réforme du secteur de l'électricité, alors que les heures de coupures de courant quotidiennes persistent dans un pays en plein effondrement économique. Mais à ce jour, la question du financement de ces accords n'a toujours pas été réglée. A la mi-mars, l'ambassadrice des Etats-Unis au Liban, Dorothy Shea, avait salué les "progrès continus" au niveau de ces accords, lors d'une visite au ministre Fayad.


Le ministre libanais de l'Energie, Walid Fayad, a affirmé que "le financement de la Banque mondiale est l'étape essentielle restante" pour importer de l’électricité produite en Jordanie et du gaz d’Egypte, via un circuit intégrant la Syrie, alors que le Liban reste plongé chaque jour dans le noir pendant de longues heures, rapporte samedi l'Agence nationale d'information (Ani,...