Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban-Nord

Un village du Akkar interpelle l'État sur l'abattage illégal d'arbres

Un village du Akkar interpelle l'État sur l'abattage illégal d'arbres

La municipalité de Fneidek a appelé l'État libanais à l'aider à combattre l'abattage illégal des arbres. Photo fournie par notre correspondant Michel Hallak

La municipalité du village de Fneidek, dans le Akkar (Liban-Nord), a appelé mercredi l'État à prendre des mesures contre l'exploitation forestière illégale "avant qu'il ne soit trop tard", rapporte notre correspondant dans la région Michel Hallak.

Cet appel intervient après que des personnes ont signalé la présence d'une personne non identifiée qui coupait des arbres dans une forêt située aux abords de l'axe routier Fneidek-Qamouaa. Dans un communiqué, la municipalité affirme que depuis "plus d'un an", elle "fait appel à la conscience des responsables de la protection de ces forêts", déplorant le fait que rien n'a été fait pour mettre fin à l'abattage illégal. Les responsables semblent "coopérer avec cette bande qui coupe des arbres et les vend à des fins lucratives, en plein jour", dénonce-t-elle. La municipalité a enfin appelé "l'État et toutes ses agences ainsi que le Parquet général" à lutter contre l'abattage illégal des arbres.

Le ministre de l'Environnement Nasser Yassine a dans ce cadre assuré mercredi avoir suivi les plaintes déposées contre l'abattage illégal d'arbres à Fneidek et Aramoun, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Il est également entré en contact avec les procureurs généraux environnementaux du Mont-Liban et du Liban-Nord, les juges Fadi Malkoun et Ghassan Bassil, pour qu'ils prennent les mesures légales nécessaires à l'encontre des responsables de cet abattage.

Ce phénomène est un problème de longue date au Liban qui s'est accentué à la suite des incendies qui avaient embrasé de vastes espaces forestiers au Liban l'été dernier, notamment dans le Akkar. En outre, le coût du mazout ayant augmenté à la suite de la suppression des subventions sur les carburants, de nombreuses personnes se sont tournées vers le bois comme source de chauffage alternative, ce qui a entraîné une hausse de l'abattage illégal d'arbres.

Le mois dernier, le ministre de l'Agriculture, Abbas Hajj Hassan, avait déclaré à notre publication sœur L'Orient Today que des "centaines" de plaintes pour abattage illégal ont été déposées auprès de son ministère, mais que le manque de ressources et de financement ont empêché une amélioration des espaces dévastés.


La municipalité du village de Fneidek, dans le Akkar (Liban-Nord), a appelé mercredi l'État à prendre des mesures contre l'exploitation forestière illégale "avant qu'il ne soit trop tard", rapporte notre correspondant dans la région Michel Hallak. Cet appel intervient après que des personnes ont signalé la présence d'une personne non identifiée qui coupait des arbres dans une...