Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Iran

Des opposants en exil piratent brièvement des chaînes télévisées d'Etat


Des opposants en exil piratent brièvement des chaînes télévisées d'Etat

Des manifestants partisans des Moudjahidine du peuple lors d'un rassemblement à Paris, en janvier 2018. Photo d'archives AFP / Lionel BONAVENTURE

Un groupe d'opposants iraniens en exil a affirmé que ses partisans avaient mené un acte de piratage contre des chaînes de télévision et des stations de radio contrôlées par l'Etat iranien, en diffusant brièvement des slogans et des critiques.

A Téhéran, la télévision d'Etat a confirmé avoir été victime d'un acte de piratage, indiquant qu'il n'avait duré que 10 secondes et faisait l'objet d'une enquête. Selon des images postées sur les réseaux sociaux, les téléspectateurs ont vu leurs programmes habituels être interrompus par des images de Massoud Rajavi, fondateur des Moudjahidine du peuple (MEK en persan) et de son épouse Maryam Rajavi, qui dirige le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). Le MEK est un groupe d'opposition armé au pouvoir islamique qualifié de "secte terroriste" par Téhéran. Le CNRI, interdit en Iran, groupe d'opposants iraniens en exil, est la vitrine politique du MEK. Les téléspectateurs ont aussi vu une image barrée d'une croix du Guide suprême Ali Khamenei, avec en fond sonore le slogan "marg ba Khamenei" (mort à Khamenei).

"Plusieurs chaînes de télévision et stations de radio du régime ont diffusé ces slogans aujourd'hui", a affirmé à l'AFP un porte-parole du CNRI basé à Paris, indiquant qu'au moins sept chaînes de télévision et de radio avaient été visées et plusieurs autres perturbées. "Il semble que cela ait été mené par des partisans du MEK et les unités de résistance au sein de la télévision et radio d'Etat", a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Le directeur adjoint pour la technologie de la télévision d'Etat, Reza Alidadi, cité par l'agence de presse iranienne Isna, a affirmé que mener une telle attaque représente "une tâche extrêmement compliquée". Il a précisé que l'attaque faisait l'objet d'une enquête et souhaité que des informations sur sa cause et son ampleur puissent être communiquées "le plus vite possible".

Evoquant l'incident, la télévision d'Etat iranienne n'a pas mentionné l'apparition du couple Rajavi dans les images, mais a reconnu qu'avaient été diffusées des images de "leaders des hypocrites" (monafeghin en persan), sobriquet avec lequel les dirigeants iraniens désignent généralement le MEK.

A l'origine, le MEK a soutenu la Révolution islamique de 1979 mené par l'Ayatollah Ruhollah Khomeini qui a renversé le régime du Chah. Mais le groupe d'opposants est rapidement tombé en disgrâce des nouvelles autorités iraniennes, a soutenu Saddam Hussein dans la guerre Iran-Irak et a été accusé d'attaques meurtrières en Iran au début des années 80. 


Un groupe d'opposants iraniens en exil a affirmé que ses partisans avaient mené un acte de piratage contre des chaînes de télévision et des stations de radio contrôlées par l'Etat iranien, en diffusant brièvement des slogans et des critiques.
A Téhéran, la télévision d'Etat a confirmé avoir été victime d'un acte de piratage, indiquant qu'il n'avait duré que 10 secondes et...