Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise

224 % : au Liban, 2021 a fini sur un nouveau record d’inflation

224 % : au Liban, 2021 a fini sur un nouveau record d’inflation

Une voiture détruite par l'explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Photo J.R.B.

Nouveau mois et nouveau record pour l’indice mensuel des prix à la consommation (IPC), calculé par l’Administration centrale de la statistique (ACS), qui a affiché un total de 921,40 points, soit un taux d’inflation de 224,39 % en décembre 2021 en glissement annuel et une augmentation de 16,52 % par rapport au mois précédent. Une tendance à la hausse qui s’est renforcée au cours du second semestre de l’année dernière en raison des réductions drastiques des mécanismes de subvention de la Banque du Liban sur les importations de certains produits essentiels, notamment les carburants, tandis que le pays survit difficilement à une crise socio-économique et financière entamée il y a plus de deux ans. Cependant, la hausse des prix au Liban s’inscrit également dans un contexte inflationniste mondial poussé par la faiblesse de l’offre face à la demande en marge de la pandémie de Covid-19 et les conséquences des politiques interventionnistes des banques centrales depuis mars 2020 dans ce contexte. À noter que le taux d’inflation annuel pour l’excercice 2021 (qui est calculé différemment que le taux en glissement annuel) est de 154,8 %, contre 84,9 % en 2020.

Dans le détail, d’abord en rythme annuel, ce sont les prix des transports qui décrochent la palme de l’inflation avec une hausse de 522,39 % en décembre dernier, en légère baisse par rapport à novembre (579,9 %). Suivent les prix de l’alimentation et des boissons non alcoolisées (438,65 %), ceux de l’eau, de l’électricité, du gaz et des carburants (425,35 %), des restaurants et des hôtels (414,71 %), et de la santé (404,94 %). Les taux d’inflation en glissement annuel redescendent ensuite quelque peu, avec 295,2 % pour les boissons alcoolisées et le tabac, 243,73 % pour l’ameublement et les équipements ménagers, et 233,75 % pour les vêtements et chaussures.

En rythme mensuel ensuite, ce sont également les prix de l’eau, de l’électricité, du gaz et des carburants qui arrivent en première position avec 44,84 %, suivis de ceux des transports (31,84 %), des restaurants et des hôtels (20,68 %), et de l’alimentation et des boissons non alcoolisées (20,15 %). Suivent, par exemple et en ordre dispersé, les prix des boissons alcoolisées et du tabac (19,4 %), ceux des vêtements et des chaussures (15,05 %), de l’ameublement et des équipements ménagers (12,34 %), et de la santé (6,53 %). Par ailleurs, les prix de l’éducation affichent à nouveau les hausses les plus faibles, que ce soit en rythmes annuel (35,04 %) et mensuel (0 %), ainsi que ceux des moyens de communication avec, respectivement, 36,17 et 0,9 %.

Enfin, les prix en rythme mensuel ont encore augmenté dans tous les mohafazats du pays, en commençant par le Liban-Sud (21,31 %), devant la Békaa (18,63 %), le Liban-Nord (17,67 %), le Mont-Liban (16,54 %), Nabatiyé (14,96 %) et Beyrouth (10,07 %). Le Liban-Sud note une hausse des prix des transports de 49,6 %, la plus haute de toutes les régions du pays, tandis que ces mêmes prix à Nabatiyé ont augmenté de 16,77 %.


Nouveau mois et nouveau record pour l’indice mensuel des prix à la consommation (IPC), calculé par l’Administration centrale de la statistique (ACS), qui a affiché un total de 921,40 points, soit un taux d’inflation de 224,39 % en décembre 2021 en glissement annuel et une augmentation de 16,52 % par rapport au mois précédent. Une tendance à la hausse qui s’est renforcée au cours...