Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise

Des générateurs privés à Saïda à l'arrêt dès vendredi, annoncent leurs propriétaires

Des générateurs privés à Saïda à l'arrêt dès vendredi, annoncent leurs propriétaires

Un générateur privé au Liban. Photo d'illustration M.A.

Des propriétaires de générateurs privés alimentant le quartier de Taamir Aïn el-Héloué, à Saïda (Liban-Sud) en électricité ont annoncé mercredi une mise à l'arrêt de leurs groupes électrogènes dès vendredi et jusqu'à nouvel ordre en raison des pertes qu'ils affirment subir au vu de la dépréciation de la monnaie locale dans le pays.

Dans un communiqué rapporté par notre correspondant Mountasser Abdallah, les onze propriétaires ont déploré "des pertes en raison de la dépréciation de la monnaie nationale sur le marché parallèle face au dollar", notamment lorsqu'ils achètent du mazout, de l'huile et des pièces de rechange ou effectuent des travaux de maintenance en payant la facture en dollars. Ils ont déploré le fait que cela ait mené à leur "faillite" et ont annoncé qu'ils éteindront leurs générateurs vendredi matin "jusqu'à ce qu'une solution convenable soit trouvée". 

Dans le Nord, des propriétaires de générateurs privés alimentant le village de Qotein-Denniyé ont également annoncé mercredi qu'ils mettront à l'arrêt leurs groupes électrogènes à partir du 1er janvier, dénonçant également la "forte hausse des prix des carburants", selon des propos rapportés par l'Agence nationale d'information. 

Mardi, la monnaie locale a connu une dépréciation inédite, frôlant les 29.000 LL contre le dollar dans un pays en plein effondrement économique et financier, alors que son taux officiel demeure fixé à 1507,5 LL. Mercredi matin, sa valeur s'est un peu appréciée, la livre s'échangeant autour de 26.900 pour un billet vert.

Les générateurs privés, illégaux mais tolérés par les autorités, sont utilisés au Liban pour compenser les coupures de courant durant les longues heures de rationnement de l'organisme public Electricité du Liban, sur fond de pénuries de carburants dans le pays. Leurs propriétaires achètent du mazout sur le marché en payant son prix en dollars. Le ministère de l'Energie publie dorénavant deux fois par semaine les tarifs des carburants, souvent revus à la hausse en raison des tristes records qu'a enregistrés dernièrement la monnaie locale. Les factures d'abonnement aux générateurs privés ont explosé ces derniers mois.



Des propriétaires de générateurs privés alimentant le quartier de Taamir Aïn el-Héloué, à Saïda (Liban-Sud) en électricité ont annoncé mercredi une mise à l'arrêt de leurs groupes électrogènes dès vendredi et jusqu'à nouvel ordre en raison des pertes qu'ils affirment subir au vu de la dépréciation de la monnaie locale dans le pays.Dans un communiqué rapporté par notre...