Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise au Liban

Nouvelle hausse des prix des carburants

Nouvelle hausse des prix des carburants

Une station-service fermée au Liban, en juin 2021. Photo d'archives Joao Sousa

Les prix des carburants, qui ont été revus à la hausse vendredi dernier, ont une nouvelle fois augmenté mardi matin au Liban, en raison d'une nouvelle dépréciation de la monnaie locale qui a atteint un triste record la veille sur le marché parallèle.

Selon les nouveaux tarifs désormais publiés deux fois par semaine par le ministère de l'Energie, le prix du bidon d'essence à 95 octane a augmenté de 10.800 LL, passant de 308.000 livres libanaises à 318.800 livres. Les 20 litres d'essence à 98 octane, produit quasi-introuvable sur le marché depuis des mois, se vendent désormais à 329.800 livres libanaises contre 318.600 LL vendredi dernier, soit une hausse de 11.200 LL. Les 20 litres de mazout s'échangent dorénavant à 338.900 LL contre 321.100 livres libanaises il y a quatre jours, leur prix ayant augmenté de 17.800 LL. Enfin, le prix de la bonbonne de gaz, qui s'élevait à 279.800 LL, est passé à 293.500 LL, soit une majoration de 13.700 LL.

Interrogé par la chaîne locale LBCI au sujet de la hausse des prix, le porte-parole du syndicat des propriétaires de stations-service, Georges Brax, a affirmé qu'elle est due à la dépréciation de la livre libanaise qui a atteint un nouveau triste record lundi, s'échangeant à plus de 27.000 LL contre le billet vert. Il a également affirmé que cette hausse est aussi imputée au nouveau mécanisme d’apport de devises décidé par la BDL vendredi dernier. Les importateurs doivent désormais se procurer 15 % des dollars de la facture (contre 10 % auparavant) en les achetant sur le marché parallèle au taux en vigueur. Le taux officiel demeure fixé à 1.507,5 livres contre un billet vert alors qu'il s'échangeait mardi matin à environ 27.400 LL sur le marché parallèle. M. Brax a dans ce contexte précisé que les importateurs ont dû payer les 15% de la facture en dollars au taux de 26.750 LL. La banque centrale, qui couvrait les 90% restants, paie maintenant 85% de la facture à un taux dollar/livre fixé à 21.300 livres contre 20.400 livres vendredi dernier, selon M. Brax.

Au cours de l'été 2021, avant que les subventions sur les carburants ne soient complètement levées, le Liban a connu de graves pénuries en matière d'hydrocarbures. Des files d’automobilistes interminables, surnommées "files de l'humiliation", restaient agglutinées devant les stations-service encore ouvertes dans le pays pour ne remplir que quelques litres d'essence. À la suite de la suppression des subventions, la hausse des tarifs des carburants a forcé la demande à la baisse de 50 %, selon le représentant des distributeurs de carburant, Fadi Abou Chakra.


Les prix des carburants, qui ont été revus à la hausse vendredi dernier, ont une nouvelle fois augmenté mardi matin au Liban, en raison d'une nouvelle dépréciation de la monnaie locale qui a atteint un triste record la veille sur le marché parallèle. Selon les nouveaux tarifs désormais publiés deux fois par semaine par le ministère de l'Energie, le prix du bidon d'essence à 95...