Rechercher
Rechercher

Politique

Fenianos revient à la charge contre Bitar

L’acharnement des responsables mis en cause dans l’affaire de la double explosion au port de Beyrouth, survenue le 4 août 2020, pour mettre hors jeu le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, en charge de l’enquête, est loin de faiblir. La dernière tentative en date pour l’évincer est celle de l’ancien ministre Youssef Fenianos (Marada), qui a présenté vendredi devant l’assemblée plénière de la Cour de cassation une action en responsabilité de l’État pour « fautes lourdes » du juge d’instruction. Contacté par L’Orient-Le Jour, son avocat Tony Frangié affirme que Tarek Bitar a commis des erreurs à l’encontre de son client, d’une part, en rejetant de manière illégale des exceptions de forme qu’il lui avait présentées et, d’autre part, en livrant à son encontre un mandat d’arrêt par contumace. Parmi les exceptions de forme invoquées par M. Frangié, le fait que le juge Bitar n’ait pas attendu que la cour d’appel de Tripoli statue sur un recours en annulation de l’autorisation donnée par l’ordre des avocats de Tripoli, auquel M. Fenianos est affilié, pour engager des poursuites contre ce dernier. Pour M. Frangié, la procédure judiciaire ne peut se poursuivre tant que la cour d’appel n’a pas rendu son arrêt.

Un autre point invoqué par la défense est que la Cour de justice est incompétente pour se pencher sur les actes reprochés à l’ancien ministre, car ceux-ci relèvent, selon elle, de la Haute Cour chargée de juger les présidents et les ministres.

M. Frangié évoque surtout le fait que le juge d’instruction ait rejeté ses exceptions de procédure sans avoir attendu l’avis du parquet sur ces recours. On sait que le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Khoury (désormais dessaisi de l’affaire), s’était réservé le droit de donner plus tard son avis en demandant à Tarek Bitar de lui indiquer d’abord s’il se considère compétent pour poursuivre des ministres. Un avocat des victimes de la double explosion, interrogé par L’OLJ, estime cependant que la demande de M. Khoury était inutile puisque, dit-il, « le juge d’instruction s’était déclaré de facto compétent en convoquant l’ancien ministre à une audience qu’il a lui-même fixée ».


L’acharnement des responsables mis en cause dans l’affaire de la double explosion au port de Beyrouth, survenue le 4 août 2020, pour mettre hors jeu le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, en charge de l’enquête, est loin de faiblir. La dernière tentative en date pour l’évincer est celle de l’ancien ministre Youssef Fenianos (Marada), qui a présenté...

commentaires (5)

What a pathetic loser !

Wow

23 h 25, le 07 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • What a pathetic loser !

    Wow

    23 h 25, le 07 décembre 2021

  • Tout ça sont «  parole, parole «  Il faut demander à Hassouna ….

    Eleni Caridopoulou

    19 h 23, le 07 décembre 2021

  • On s’en fout de ce que tous ces vendus veulent. Que veut le peuple? Pourquoi ce laxisme face à ce cartel qui a pris possession de notre pays? Pourquoi tant de lâcheté et de soumission? Que peut il arrive de pire au pays et aux citoyens s’ils se soulevait pour chasser ces malotrus de leur postes? Le vide politique? On y est, le chaos? On ne peut guère plus, la faillite du pays? On l’a dépassé depuis leur accession au pouvoir, une guerre qui engendrerait la famine et le manque d’infrastructures et la destruction? On en a droit depuis deux ans. Alors que craignons nous de pire? Lorsqu’on n’a plus rien à perdre on a tout a gagner. Gagner a récupérer notre pays quelqu’en soit le prix pour exister à nouveau. Si ces vendus arrivent à leur but de mettre la main définitivement sur notre pays nous n’aurons plus que nos yeux pour pleurer, et il se trouve que même nos larmes se sont asséchées à cause de tous les manques qu’ils nous imposent et que nous continuons à courber l’échine pour aller mourrir tels des bêtes blessés, faibles, anéantis et sans défense. Debout les libanais, le devoir vous appelle.

    Sissi zayyat

    10 h 55, le 07 décembre 2021

  • Que cherche à cacher M. Fenianos? Que cherchent à cacher MM. Zéaïter et Khalil, anciens ministres qui, eux aussi, ne répondent pas aux convocations du juge Bitar?

    Youssef Najjar

    04 h 16, le 07 décembre 2021

  • CA PROMET SVP SURTOUT NE VOTER POUR CETTE CLIQUE POURRIE A LA PROCHAINE ELECTIONS TOUS DES POURRIS QUI VEULENT NE PAS ETRE JUGE CAR ILS SAVENT QU'ILS SONT COUPABLES PREUVES A L'APPUI : ILS ONT TOUS RECUS DES INFORMATIONS SUR LE DANGER DU STOCKAGE DU NITRATE ET N'ONT SOIT RIEN FAIT SOIT JUSTE RENVOYE LA LETTRE A UNE AUTRE INSTANCE SANS SUIVRE APRES ( la majorite y inclus Aoun ) SOIT ANNULER LA VISITE AU PORT ( Diab pour obeir a hezbollah ) LA JUSTICE VA LES NOMMER COUPABLE PAR NEGLIGENCE CERTAINEMENT ET CERTAINS PAR AFFILIATION OU DESIR DE PLAIRE A HEZBOLLAH. CE QUI A ENTRAINE LA MORT D EPLUS DE 200 PERSONNES ET LES BLESSURES DE PLUS DE 6500 EN PLUS DE LA DESTRUCTION DE CENTAINES D'IMMEUBLES PERSONNE NE VEUT ETRE RESPONSABLE MEME CEUX QUI SAVAIENT POUR NE PAS DIRE CEUX QUI ONT AMENE LE NITRATE A BEYROUTH ET L'ONT PRIS ILLEGALEMENT PENDANT DES ANNEES SOUS LE REGARD BIENVEILLANT DES CHEFS AU PORT SACRE IRRESPONSABLES CRIMINELS

    LA VERITE

    03 h 29, le 07 décembre 2021

Retour en haut