Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Elections en Algérie

Participation "en-deçà" des espérances malgré une amélioration

Participation

Une électrice algérienne tenant son bulletin de vote, le 27 novembre 2021 à Alger. Photo Ryad KRAMDI / AFP

La participation aux élections locales en Algérie a été plus forte samedi qu'aux précédents scrutins, gagnant 12 points par rapport aux législatives pour atteindre environ 35%, mais elle est "en-deçà" des espérances, selon des commentaires des médias et experts dimanche.

Le président de l'Autorité électorale indépendante ANIE, Mohamed Charfi a annoncé une participation de 35,97% pour les municipales et 34,39% pour les départementales, avec à chaque fois plus de 8 millions de votants sur 23 millions d'inscrits. Les résultats ne sont pas attendus avant plusieurs jours. En juin, trois jours s'étaient écoulés avant de premiers résultats provisoires.

Pour le journal El Watan, "les élections n'ont, malgré leur caractère de proximité, pas drainé des foules", illustration du fait que les électeurs "n'ont toujours pas confiance en l'acte électoral". El Watan a rappelé qu'aux précédentes élections locales en 2017, l'affluence avait dépassé les 44%, avec plus de dix millions d'électeurs sur 22 millions.

L'ANIE a rejeté dès samedi toute comparaison avec les élections locales organisées sous l'ère de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika (1999-2019). Son président a expliqué que les modes de scrutin étaient différents et qu'on ne pouvait comparer qu'avec les votes organisés depuis la présidentielle de décembre 2019 qui a vu l'élection du président Abdelmajid Tebboune, avec 58% des suffrages et près de 40% de participation. Pour M. Charfi, la participation aux élections a fait "un bond en avant" par rapport aux législatives de juin, marquées par le plus fort taux d'abstention de l'histoire algérienne, avec seulement 23% de votants.

"Indifférence"

L'affluence est restée "faible, contrairement à ce qu'espérait tout le monde", notamment à cause de "l'indifférence" de la population, a analysé pour l'AFP, Toufik Bougaada, enseignant en sciences politiques à l'Université d'Alger. Il a néanmoins souligné que le taux "est réel et représente véritablement l'électorat", en dépit de quelques abus qui n'affectent pas le pourcentage général. "En Algérie, nous avons dépassé le problème de la fraude généralisée", a estimé le politologue.

Selon les médias algériens, les élections se sont déroulées sans incidents majeurs contrairement aux précédents scrutins. Après le référendum de novembre 2020 et les législatives, des scrutins constituaient un nouveau test pour le président Tebboune, qui a promis de renouveler toutes les institutions de l'ère Bouteflika qu'il jugeait "gangrénées par la fraude et l'argent sale".

Samedi, après avoir voté, M. Tebboune a qualifié les scrutins de "dernière étape pour l'édification d'un Etat moderne (...), économiquement fort" dans un cadre de "démocratie et liberté du citoyen". Pour le quotidien El Khabar, "malgré une amélioration", la participation est restée "en-deçà du niveau (souhaité), étant donné que les élections locales suscitent toujours l'intérêt des citoyens". Même opinion pour Echorouk, qui a décerné la "mention acceptable" au taux de participation.


La participation aux élections locales en Algérie a été plus forte samedi qu'aux précédents scrutins, gagnant 12 points par rapport aux législatives pour atteindre environ 35%, mais elle est "en-deçà" des espérances, selon des commentaires des médias et experts dimanche.Le président de l'Autorité électorale indépendante ANIE, Mohamed Charfi a annoncé une participation de 35,97%...