Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Migrations

Chypre cherche à suspendre les demandes d'asile


Chypre cherche à suspendre les demandes d'asile

Des migrants faisant la file devant le camp de réfugiés de Kokkinotrimithia, près de Nicosie, à Chypre, le 9 novembre 2021. Photo REUTERS/Yiannis Kourtoglou

Chypre, membre de l'Union européenne, a affirmé mercredi vouloir suspendre les demandes d'asile des migrants pour faire face à une hausse de entrées illégales sur l'île méditerranéenne qu'elle impute à la Turquie.

Le président chypriote Nicos Anastasiades a tenu une réunion d'urgence au cours de laquelle les ministres se sont mis d'accord sur des mesures pour lutter contre l'augmentation de l'immigration clandestine.
"Une demande sera soumise à la Commission européenne pour qu'elle accorde à la République de Chypre le droit de suspendre les demandes d'asile des personnes entrant illégalement dans le pays", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Marios Pelekanos. Les données montrent que l'île est confrontée à un "changement démographique" et aux "effets socio-économiques aigus" en raison de "la crise des migrants", a-t-il déclaré aux journalistes après la réunion.

La République de Chypre, reconnue par la communauté internationale, exerce son autorité sur la partie sud de l'île. Le tiers nord du pays est occupé depuis l'invasion en 1974 de l'armée turque en réaction à un coup d'Etat de partisans d'une union de Chypre avec la Grèce. L'île est depuis divisée et la République turque de Chypre-Nord (RTCN), uniquement reconnue par Ankara, a été autoproclamée dans le Nord. La République de Chypre accuse la Turquie d'instrumentaliser les migrants en leur permettant de traverser la ligne de démarcation, longue de 180 kilomètres, séparant les communautés chypriote-grecque dans le Sud et chypriote-turque dans le Nord.

Au cours des dix premiers mois de 2021, 10.868 migrants clandestins sont arrivés à Chypre, dont 9.270 ont traversé la ligne verte dans le cadre d'une "politique délibérée de la Turquie", a soutenu M. Pelekanos. Les flux de migrants cette année ont été supérieurs de 38% à l'ensemble de l'année dernière. Et les arrivées cette année s'ajoutent aux plus de 33.000 personnes résidant de manière illégale dans la République de Chypre, toujours selon le porte-parole. Il a plaidé pour "une solidarité européenne en vue de la relocalisation immédiate de demandeurs d'asile dans d'autres payes membres, mais aussi leur rapatriement vers leurs pays d'origine". 


Chypre, membre de l'Union européenne, a affirmé mercredi vouloir suspendre les demandes d'asile des migrants pour faire face à une hausse de entrées illégales sur l'île méditerranéenne qu'elle impute à la Turquie.
Le président chypriote Nicos Anastasiades a tenu une réunion d'urgence au cours de laquelle les ministres se sont mis d'accord sur des mesures pour lutter contre...