Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Les FL n'accorderont pas leur confiance au gouvernement Mikati

Les FL n'accorderont pas leur confiance au gouvernement Mikati

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Photo ANI

Le groupe parlementaire des Forces libanaises a annoncé vendredi sa décision de ne pas accorder sa confiance au gouvernement de Nagib Mikati, lors du vote prévu lundi à la Chambre, estimant que les parties qui "ont mené le Liban à la crise n'ont pas les capacités de l'en faire sortir". Le nouveau cabinet doit entamer une série de grands chantiers de réformes, alors que le pays s'enfonce depuis deux ans dans une grave crise plurielle, qui a poussé plus de 78% de la population sous le seuil de pauvreté. 

Le président de la Chambre a convoqué les parlementaires à une séance plénière lundi consacrée au vote de la confiance au nouveau gouvernement qui a finalisé jeudi sa déclaration ministérielle. 

Si le parti du leader maronite Samir Geagea "accueille favorablement toute étape permettant de stabiliser le pays, d'apaiser les Libanais et de mettre un terme à leur humiliation", il estime toutefois que "les parties qui ont mené le Liban à la crise n'ont pas les capacités de l'en faire sortir". "Comment peut-on accorder notre confiance à un gouvernement qui confie à nouveau le ministère de l'Energie au parti qui a plongé le pays dans l'obscurité ?", se sont interrogées les FL, en référence au Courant patriotique libre, qui a tenu le portefeuille de l'Energie depuis 2008, et alors que le pays souffre toujours de pénuries chroniques de courant, qui se sont aggravées avec la crise socio-économique et financière. "Comment peut-on accorder notre confiance à un gouvernement dont une des composantes, le Hezbollah, continue de violer la politique de l'Etat (...), parraine la contrebande transfrontalière et empêche la fermeture des points-frontières illégaux ?", a ajouté le parti dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion virtuelle. 

Le bloc parlementaire annonce donc qu'il n'accordera pas sa confiance à la nouvelle équipe ministérielle, formée il y a une semaine après treize mois de crise politique. "Dès que le gouvernement aura reçu la confiance, nous lui poserons une question concernant les importations de pétrole iranien", ont poursuivi les FL, estimant que ces importations "violent le rôle de l'Etat et sa souveraineté". 

Dans la matinée, Fouad Makhzoumi, député indépendant sunnite de Beyrouth, avait également annoncé qu'il n'accorderait pas sa confiance au cabinet, regrettant notamment que le principe de rotation dans l'attribution des portefeuilles entre les différentes communautés n'ait pas été entièrement respecté. Il a toutefois indiqué, lors d'une interview sur la chaîne locale LBCI, qu'il soutenait le programme de "sauvetage" présenté par l'équipe Mikati pour "apaiser les crises". 


Le groupe parlementaire des Forces libanaises a annoncé vendredi sa décision de ne pas accorder sa confiance au gouvernement de Nagib Mikati, lors du vote prévu lundi à la Chambre, estimant que les parties qui "ont mené le Liban à la crise n'ont pas les capacités de l'en faire sortir". Le nouveau cabinet doit entamer une série de grands chantiers de réformes, alors que le pays s'enfonce...