Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise du carburant au Liban

Reprise des livraisons d'essence subventionnée vendredi

Reprise des livraisons d'essence subventionnée vendredi

Une station d'essence au Liban. Photo d'archives ANWAR AMRO / AFP

La direction du pétrole au sein du ministère libanais de l’Énergie et de l’Eau a annoncé jeudi soir aux sociétés importatrices de carburant qu’elles seront autorisées à partir de vendredi à livrer de l’essence aux stations-service à des prix conformes à la nouvelle tarification qui sera publiée le matin-même. La direction a également précisé que les prix de l’essence resteront subventionnés – sans précision sur le taux – et que la réévaluation de ceux du mazout était toujours à l’étude, le ministère étant encore dans l’attente « d’informations » supplémentaires pour arrêter sa décision définitive.

Sauf surprise, les prix de l’essence devraient donc être fixés en tenant toujours compte du mécanisme de subvention de la Banque du Liban (BDL) à travers lequel les acteurs du marché ont pu échanger leurs livres contre des dollars ponctionnés sur les réserves de devises de l’institution au taux de 8.000 livres pour un dollar, selon les modalités mise à jour en août de ce dispositif existant depuis octobre 2019.

L’annonce de la direction, confirmée par deux professionnels du secteur à L’Orient-Le Jour, prend le contre-pied des signaux laissant présager une levée imminente du mécanisme de subvention sur l’essence, le mazout et le gaz domestique. Un sentiment renforcé par la décision mercredi de la direction du Pétrole de demander aux directions des installations pétrolières qui sont rattachées au même ministère ainsi qu’aux sociétés importatrices de pétrole d’arrêter jusqu’à nouvel ordre d’approvisionner le marché local en carburant subventionné au taux de 8.000 livres pour un dollar.

La direction avait alors justifié la mesure en expliquant devoir faire l’inventaire du carburant subventionné et non subventionné – une référence au mazout déjà vendu au prix du marché à certains groupes, dont les industriels. Hasard du calendrier, cette décision a été prise la veille de l’entrée sur le territoire libanais jeudi de camions citernes transportant du mazout iranien déchargé en Syrie, suite à une demande du Hezbollah adressée à Téhéran au courant de l’été.

Plusieurs sources des filières libanaises de distribution de carburant ont écarté tout lien de cause à effet entre la décision et l’arrivée de ce convoi. La levée de subvention sur le carburant se profile, elle, depuis le printemps. Sa mise en œuvre de façon plutôt désorganisée a provoqué des problèmes d’approvisionnement et fait exploser la longueur des files d’attente devant les stations-service, ce qui a été à l’origine d’incidents devant certaines d’entre elles. Une configuration qui a également favorisé le détournement d’une partie des carburants importés au profit de la contrebande vers la Syrie ou des receleurs locaux qui attendent la levée des subventions pour revendre les quantités en question.


La direction du pétrole au sein du ministère libanais de l’Énergie et de l’Eau a annoncé jeudi soir aux sociétés importatrices de carburant qu’elles seront autorisées à partir de vendredi à livrer de l’essence aux stations-service à des prix conformes à la nouvelle tarification qui sera publiée le matin-même. La direction a également précisé que les prix de...