Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Drame du 4 août

Mobilisation simultanée dans plusieurs régions du Liban pour demander justice pour les victimes


Mobilisation simultanée dans plusieurs régions du Liban pour demander justice pour les victimes

Des manifestants rassemblés devant le palais de Justice à Adloun, au Liban-Sud, le 3 août 2021. photo Mountasser Abdallah.

A la veille de la première commémoration des explosions meurtrières au port de Beyrouth, des manifestants se sont rassemblés mardi dans plusieurs régions du Liban, devant les palais de Justice locaux ou d'autres bâtiments administratifs, afin de réclamer justice pour les victimes, alors que l'enquête sur le drame n'a toujours pas avancé. Cet appel à une mobilisation dans les différentes régions a été lancé par "l'initiative Drabzine", issue du soulèvement populaire du 17 octobre 2019. 

A Saïda (Liban-Sud), des dizaines de manifestants ont organisé un sit-in devant le Sérail et la municipalité de la ville afin de réclamer la levée des immunités des responsables que le juge chargé de l'affaire, Tarek Bitar, cherche à inculper, notamment pour négligence. "Le salut pourra commencer lorsque le pouvoir judiciaire inculpera les responsables et mettra en prison les criminels", ont scandé les protestataires, selon notre correspondant sur place Mountasser Abdallah. Selon des photos envoyées par notre journaliste, les manifestants  tenaient également des pancartes pour réclamer "un gouvernement de transition formé de technocrates". Les protestataires ont par ailleurs collé sur les murs du palais de Justice de la ville des photos des députés qui avaient signé une pétition pour contourner la levée des immunités, mettant en garde contre "la colère de la rue". "Les plaies du pays ne seront cicatrisées que lorsque toute personne impliquée au sein de la classe politique corrompue sera poursuivie en justice", ont par ailleurs lancé les manifestants à Adloun (Sud), selon notre correspondant. 

A Nabatiyeh, quelques dizaines de personnes se sont également rassemblées devant le palais de justice afin de dénoncer les entraves à l'enquête. "Levez les immunités de toutes les personnes au pouvoir afin d'inculper les responsables et apaiser les cœurs des familles des victimes", a plaidé un manifestant, selon des propos rapportés sur la chaîne locale LBCI. Un autre manifestant a réclamé "l'indépendance du pouvoir judiciaire afin que tout dirigeant (impliqué dans ce drame) puisse être poursuivi en justice". "Demain sera un jour de colère générale dans le pays", a par ailleurs confié un manifestant, Selman, à L'Orient-Le Jour. Il a affirmé que "des centaines de personnes se rendront demain de Nabatiyeh à Beyrouth pour participer à la première commémoration du drame".

Au Hermel, dans la Békaa, des manifestants se sont également regroupés devant le sérail, brandissant des pancartes pour revendiquer "la levée des immunités des responsables ainsi que la chute et l'inculpation des dirigeants au pouvoir", rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Une marche est par ailleurs partie de la place Moutran, à Baalbeck, vers le palais de Justice de la ville de la Békaa afin de réclamer la levée des immunités.

Des dizaines de manifestants se sont également rassemblés à Zahlé, toujours dans la Békaa, mais et à Jounieh, dans le Kesrouan, avec les mêmes revendications.

A Beyrouth, des membres de l'Union libanaise des personnes en situation de handicap physique étaient aussi présents pour réclamer un meilleur encadrement des victimes qui se sont retrouvées invalides après l'explosion. "Nous n'accepterons pas que la classe politique corrompue décide de notre sort", a affirmé un représentant de l'Union à la chaîne locale LBCI . "Nous appelons l'Etat à payer des indemnités aux personnes touchées et à couvrir les frais des soins des invalides après le drame", a-t-il ajouté, appelant également les dirigeants à "consacrer une partie des bénéfices du port pour répondre aux besoins des familles des victimes".

Des membres du personnel soignant de l'hôpital Hôtel Dieu de France, à Beyrouth, se sont également rassemblés devant l'établissement en mémoire des victimes.

La double explosion du 4 août a fait plus de 200 morts et plus de 6.500 blessés. Demain, un an après la catastrophe, Beyrouth se prépare à vivre demain une journée de deuil qui devrait être marquée par une importante mobilisation dans la rue afin de réclamer justice. Une procession partira notamment de la caserne de la Quarantaine jusqu'à la statue de l'émigré, face au port, où, après une minute de silence, un hommage sera rendu aux  victimes. Les Libanais attendent toujours les résultats de l'enquête locale sur les causes des deux explosions. Cette instruction est entravée par des ingérences politiques, le juge chargé de l'affaire voulant mettre en accusation plusieurs responsables politiques, sécuritaires et des juges.


A la veille de la première commémoration des explosions meurtrières au port de Beyrouth, des manifestants se sont rassemblés mardi dans plusieurs régions du Liban, devant les palais de Justice locaux ou d'autres bâtiments administratifs, afin de réclamer justice pour les victimes, alors que l'enquête sur le drame n'a toujours pas avancé. Cet appel à une mobilisation dans les...