Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - France

Situation épidémique jugée "dramatique" en outre-mer, "préoccupante" dans l'Est



Situation épidémique jugée

Le Premier ministre français, Jean Castex, à l'Elysée, le 28 juillet 2021. Photo AFP / Bertrand GUAY

Le Premier ministre français Jean Castex s'est alarmé jeudi de la situation sanitaire "dramatique" dans certains territoires français d'outre-mer car un trop grand nombre d'habitants y sont, selon lui, "rétifs à la vaccination". En métropole, elle est jugée "inquiétante" dans le Grand Est avec des chiffres de contamination qui "montent en flèche", ont annoncé jeudi les autorités sanitaires locales.

"La vaccination est absolument indispensable", a réaffirmé le Premier ministre devant des élus du Lot-et-Garonne à Agen (sud-ouest), où il a aussi visité un centre de vaccination et le centre hospitalier. "Rien ne vaut la preuve par l'exemple", a-t-il ajouté, en rappelant que, sur sa proposition, le gouvernement avait déclaré la veille "l'état d'urgence sanitaire dans un certain nombre de territoires d'outre-mer où la situation est dramatique car ils sont rétifs à la vaccination".

L'état d'urgence a été déclaré mercredi soir dans trois îles des Antilles françaises, en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélémy, tandis que sur l'île de la Martinique un nouveau confinement a été imposé à partir de vendredi 19H00 (17H00 GMT) pour une durée d'au moins trois semaines. La Martinique est passée de 2.241 cas positifs la semaine dernière à 3.537 cas et la tendance à la hausse se confirme avec 1.100 cas positifs déjà enregistrés sur les deux premiers jours de la semaine. Le taux d'incidence y est passé de 280 cas à 995 pour 100.000 habitants.

"Freiner le virus apparaît d'autant plus urgent que la population martiniquaise est moins immunisée, globalement plus âgée, et donc plus fragile, que celles des régions où le Covid-19 a davantage circulé et où le taux de vaccination est plus important", selon les autorités locales.

La Réunion se confine 
A La Réunion, île française de l'océan Pacifique, confrontée à une explosion des cas de Covid, un confinement partiel en journée, "renforcé d'un couvre-feu strict de 18H00 à 5H00", sera mis en place ce week-end "pour une période de deux semaines", une première depuis le confinement du printemps 2020, a annoncé jeudi le préfet de La Réunion Jacques Billant. "De 5H00 à 18H00, les déplacements sont limités à un rayon de 10 km autour de son domicile du lundi au samedi" et ce rayon est "abaissé à 5 km le dimanche", a précisé M. Billant, soulignant que les Réunionnais pourront uniquement "aller et venir, dans un rayon de 10 km, dans les magasins" où le masque doit être porté en continu.

En métropole, le port du masque en extérieur est redevenu la règle mardi sur une large partie de la côte ouest du pays, jusqu'à la frontière espagnole, en raison d'une aggravation de la situation sanitaire due au variant Delta du coronavirus. Le port du masque, ainsi que d'autres mesures restrictives, concernent désormais de nombreuses régions comme la Corse, le Sud-Est et l'Est.

Dans l'Est, la situation est qualifiée d'"inquiétante" avec des chiffres de contamination qui "montent en flèche", ont annoncé jeudi les autorités sanitaires locales. Le taux d'incidence moyen dans la région est de 104 pour 100.000 habitants (contre 189 au plan national). A Strasbourg, "les chiffres sont vraiment très, très élevés", avec un taux d'incidence supérieur à 250, contre 230 dans l'Eurométropole qui réunit la capitale alsacienne et une trentaine de communes voisines, selon Josiane Chevalier, la préfète du Grand Est. "Tout se joue dans les quinze (prochains) jours. Tout est fait pour éviter les hospitalisations", a-t-elle ajouté, rappelant que les services d'urgences des hôpitaux strasbourgeois étaient "de nouveau très sollicités".


Le Premier ministre français Jean Castex s'est alarmé jeudi de la situation sanitaire "dramatique" dans certains territoires français d'outre-mer car un trop grand nombre d'habitants y sont, selon lui, "rétifs à la vaccination". En métropole, elle est jugée "inquiétante" dans le Grand Est avec des chiffres de contamination qui "montent en flèche", ont annoncé jeudi les autorités...