Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Aoun : Le prochain gouvernement supervisera les élections parlementaires

Aoun : Le prochain gouvernement supervisera les élections parlementaires

Le chef de l'Etat, Michel Aoun, et une délégation de sénateurs français à Baabda, le 26 juillet 2021. Photo ANI

Le président  Aoun a estimé lundi au cours d'un entretien avec une délégation de sénateurs français que le prochain gouvernement supervisera les élections parlementaires qui doivent se tenir au printemps prochain au Liban, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

"Le prochain gouvernement sera un gouvernement de sauvetage dont les tâches incluent également la supervision des élections législatives", a-t-il affirmé, au cours d'un entretien avec la délégation de sénateurs appartenant au groupe d'amitié franco-libanais, présidée par la sénatrice Christine Lavarde et en présence de l'ambassadrice au Liban, Anne Grillo. Des élections présidentielle, parlementaire et municipale sont prévues en 2022 au Liban. 

Le chef de l'État a également réitéré son attachement à l'initiative française, lancée le 1er septembre dernier par le président Emmanuel Macron, pour la formation d'un "gouvernement de mission" pour une sortie de crise. Le Liban attend depuis près d'un an un gouvernement chargé d’opérer des réformes majeures exigées par la communauté internationale, notamment les pays donateurs, pour débloquer les aides financières promises au pays du Cèdre. Pour sa part, Mme Lavarde a souligné le soutien de la France pour les réformes que le Liban doit entreprendre. 

La délégation sénatoriale a par ailleurs été reçue par le commandant en chef de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun, à Yarzé, le leader druze Walid Joumblatt et l'ex-Premier ministre Saad Hariri. 

Les sénateurs doivent s'entretenir mardi avec une délégation de députés du bloc parlementaire du Hezbollah. 

La France, très investie dans le dossier libanais, a convoqué le 4 août prochain une troisième conférence internationale de soutien au peuple libanais. Début juin, M. Macron a en outre annoncé qu’il travaillait "avec plusieurs partenaires de la communauté internationale" pour que des "systèmes de financement en soutien au peuple libanais se poursuivent au cas où un gouvernement ne serait toujours pas formé". À la mi-juin, la France avait également présidé une conférence d’aide ayant réuni une vingtaine de pays mobilisés pour l’armée libanaise. La troupe avait formulé des besoins très précis d’aide immédiate (nourriture, médicaments, carburant, pièces de rechange), s’élevant à plusieurs dizaines de millions d’euros. Entre-temps, la France a imposé des sanctions aux dirigeants politiques qu’elle estime responsables du blocage gouvernemental. Paris n’a toutefois pas rendu publique la liste des responsables visés ni la nature exacte des sanctions. L’UE, sous l’impulsion de la France, planche également sur un mécanisme de sanctions dont le cadre juridique devrait être annoncé à la fin du mois. 


Le président  Aoun a estimé lundi au cours d'un entretien avec une délégation de sénateurs français que le prochain gouvernement supervisera les élections parlementaires qui doivent se tenir au printemps prochain au Liban, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). "Le prochain gouvernement sera un gouvernement de sauvetage dont les tâches incluent également la...