Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Commentaire

Du Liban à l’Iran, l’Axe de la déchéance

Du Liban à l’Iran, l’Axe de la déchéance

Défilé des gardiens de la révolution iranienne. Photo AFP

« L’autoroute chiite » a perdu de sa superbe. La montée en puissance de l’Iran en Irak, en Syrie et au Liban au cours de cette dernière décennie avait permis à la République islamique de voir son vieux dessein de relier Téhéran à la Méditerranée, via Bagdad, Damas et Beyrouth, prendre forme. Et de se rêver à nouveau comme un empire dominant quatre capitales arabes (aux trois autres, il faut ajouter Sanaa) aux dires des responsables iraniens. Mais l’illusion aura été de courte durée. Si bien que l’autoproclamé « axe de la Résistance » ressemble désormais à un long et ténébreux tunnel dont on ne voit pas la fin. Au sens propre comme au figuré, en témoigne la crise de l’électricité qui touche actuellement tous ces pays en même temps. La domination iranienne n’a apporté ni prospérité ni stabilité. Elle s’apparente au contraire à une ombre étouffante qui vient surplomber tous les autres enjeux dans les pays concernés et rendre toute sortie de crise, dans ce contexte, illusoire.

Dans quels états seront le Liban, la Syrie et l’Irak dans cinq ans ? Et dans dix ans ? Impossible aujourd’hui ne serait-ce que prétendre répondre à cette question, à moins d’imaginer le pire. Les trois pays sont actuellement dans un trou noir dont personne ne peut et/ou ne veut les sortir. L’influence iranienne est loin d’être la seule cause de l’effondrement de ces États, dont les situations ne sont pas vraiment comparables.

Le Liban paye le prix de la montée en puissance du Hezbollah mais aussi de son impossible gouvernance et de la faillite de son système bancaire. La Syrie est entrée cette année dans sa dixième année de guerre et si les Iraniens y ont joué un rôle majeur, le régime syrien reste le premier responsable de la destruction du pays. L’Irak est en guerre quasi continue depuis presque vingt ans, et après avoir connu la dictature de Saddam, l’occupation américaine, le régime Maliki, l’offensive de l’État islamique (EI), il est désormais phagocyté par les milices chiites, la plupart d’obédience iranienne.

De Beyrouth à Bagdad, l’Iran ne peut être tenu pour seul responsable de la faillite collective des élites, de la corruption endémique qui y prévaut, de la fragilité intrinsèque des institutions. Si la République islamique s’effondrait demain, que le Hezbollah disparaissait, que les Iraniens quittaient le sol syrien et que les milices chiites qui leur sont affiliées étaient démantelées, le Liban, la Syrie et l’Irak ne se transformeraient pas soudainement en eldorado. Chacun d’eux fait face à d’autres problématiques d’ordre existentiel et ne semble pas en mesure, pour le moment, d’y répondre. Mais l’Iran a contribué non seulement à ébranler un peu plus tout l’édifice, il s’est en plus positionné comme le principal rempart à tout changement. De Téhéran à Beyrouth, « l’axe de la Résistance » est avant tout celui de la contre-révolution.

Big-bang géopolitique

La présence iranienne a un effet toxique. Elle dérègle les scènes politiques internes. Elle complique sérieusement les relations des pays qui la subissent avec leur environnement arabe, particulièrement les pétromonarchies du Golfe, et les place dans le viseur des sanctions américaines et des avions israéliens. Elle en fait des glacis, condamnés à risquer une guerre civile, si elle n’a pas déjà eu lieu, ou à attendre un éventuel big-bang géopolitique pour espérer des jours meilleurs. Comment construire en effet l’État libanais quand existe en son sein une milice qui est dans le même temps et en fonction des circonstances dans l’État, en marge de l’État et au-dessus de celui-ci ? Comment réintégrer la Syrie dans le giron arabe et espérer ainsi profiter des investissements des pétromonarchies du Golfe tant que les Iraniens sont de la partie ? Comment espérer que l’Irak sorte enfin de sa spirale de l’enfer quand la seule alternative aux milices pro-Iran est un clerc populiste et versatile, Moqtada Sadr, qui ne semble pas encore avoir décidé s’il voulait coopérer ou combattre les obligés de Téhéran ?

Au sein de « l’axe de la Résistance », on mise sur la résurrection de l’accord nucléaire pour tourner la page de cette terrible séquence et redonner un peu d’oxygène au projet de la Moumanaa. La levée des sanctions pourrait effectivement libérer des fonds à destination des supplétifs, mais elle ne changerait pas fondamentalement la donne. La vérité, c’est que l’Iran n’a pas grand-chose à offrir aux pays sur lesquels il tente d’exercer sa domination. Et qu’à moins d’être prêt à faire d’importantes concessions en la matière, l’histoire risque malheureusement de se terminer dans le sang.


« L’autoroute chiite » a perdu de sa superbe. La montée en puissance de l’Iran en Irak, en Syrie et au Liban au cours de cette dernière décennie avait permis à la République islamique de voir son vieux dessein de relier Téhéran à la Méditerranée, via Bagdad, Damas et Beyrouth, prendre forme. Et de se rêver à nouveau comme un empire dominant quatre capitales arabes...

commentaires (10)

Suicide collectif, définition selon le petit Labrune: une communauté qui à court d'idées d'améliorer sa vie decide de commettre un suicide, volontaire ou forcé, de toute la société jetant la responsabilité sur dieux et saints...merci iran pour nous avoir mis, par la force, sur le chemin du suicide collectif stupide, avec vue nostalgique de nos voisins, amis et ennemis, courant vers un futur prospère pour eux et leurs descendants..

Wlek Sanferlou

16 h 18, le 21 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Suicide collectif, définition selon le petit Labrune: une communauté qui à court d'idées d'améliorer sa vie decide de commettre un suicide, volontaire ou forcé, de toute la société jetant la responsabilité sur dieux et saints...merci iran pour nous avoir mis, par la force, sur le chemin du suicide collectif stupide, avec vue nostalgique de nos voisins, amis et ennemis, courant vers un futur prospère pour eux et leurs descendants..

    Wlek Sanferlou

    16 h 18, le 21 juillet 2021

  • Il suffit de jauger l’économie iranienne … irakienne vénézuélienne yéménite, syrienne …. A tiens bizarrement l’Iran a des satellites justement dans ces pays la

    Bery tus

    00 h 49, le 21 juillet 2021

  • Comme si ces pays étaient colonisés par l'Iran ou comme si l'Iran était responsable de la sécheresse et des coupures d'électricité. Les États Unis eux auraient fait tomber la pluie bien entendu. Bullshit.

    Zorkot Mohamed

    22 h 03, le 20 juillet 2021

  • C’est plutôt l’axe de l’obscurantisme. On fait croire à une population donnée que leur pays peut être géré comme il y a plus de mille ans…

    mokpo

    14 h 53, le 20 juillet 2021

  • Il est évident que le projet américain de Nouveau Moyen Orient de Bush père et fils n'a pas participé à a la décomposition de la région mais à sa prospérité ! Quelques oublis malheureux dans cette analyse .

    nabil zorkot

    14 h 34, le 20 juillet 2021

  • C,EST PEU DIRE. L,AXE DE L,OBSCURANTISME NEANDERTHALIEN... ET LES NEANDERTHALIENS ME REGARDENT AVEC ETONNEMENT ET AMERTUME POUR LEUR AVOIR COMPARER CES PRO HOMONOIDES.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 15, le 20 juillet 2021

  • Très bel article cependant je tends a ne pas être d'accord sur la partie Libanaise de votre analyse. Si le Hezbollah disparaît, il est garantie que le pays se remettra sur ses jambes en moins de deux. Je vous donne pour exemple la première réaction en 1990 après la guerre et la seconde en 2005 a la sortie des Syriens. Les deux périodes après ces deux événements importants ont donné un coup de pouce a une reprise économique non négligeable. Il faut aussi compter sur la fronde d'Octobre qui a changé les mentalités et donc va faire en sorte que les politiques se comporteront différemment. Quand a la Syrie et L’Irak, deux pays ayant participé a la destruction du Liban, ils peuvent couler encore plus que cela ne nous fera pas pleurer.

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 10, le 20 juillet 2021

  • Un rebus …..

    Eleni Caridopoulou

    11 h 50, le 20 juillet 2021

  • L’Iran a choisi ces pays pour cible en les pénétrant parce que ses gouvernants étaient corrompus et corruptibles. En se basant sur le fait qu’ils n’ont aucune fibre patriotique, il n’était pas difficile de mettre la main sur les gens du pouvoir pour en faire sien. Nous avons perdu la gouvernance de ce pays à cause des hommes politiques qui ne voyaient comme but de leur implication en politique que leur enrichissement personnel et les titres qui vont avec en étant propulsés et protégés par les mercenaires qui ont trahi leur pays. Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures, le pays retrouvera sa prospérité et sa grandeur le jour où le système sera détruit et rebâti sur des bases solides avec ses enfants patriotiques, aux mains propres et compétents pour édifier un état respectable où aucune ingérence ne sera possible ni même tolérée.

    Sissi zayyat

    09 h 33, le 20 juillet 2021

  • Bravo , je partage !

    Tabet Ibrahim

    08 h 47, le 20 juillet 2021

Retour en haut