Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Syrie

Au moins 12 morts dans des bombardements du régime sur Idleb

La vaccination anti-Covid débute dans le bastion d'Idleb Un camion passant sous un panneau routier annonçant l'entrée à Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. Photo d'archives AFP

Au moins 12 personnes, notamment des combattants, ont été tuées jeudi dans des bombardements du régime syrien sur la région d'Idleb, dernier grand bastion jihadiste et rebelle de Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits humains (OSDH).

Ces bombardements interviennent malgré un cessez-le-feu négocié par la Russie et en vigueur depuis mars 2020. Selon l'OSDH, basé au Royaume-Uni, les frappes ont d'abord ciblé un véhicule civil dans le sud d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Un deuxième missile a été tiré lorsque des jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS) et des forces alliées à ce groupe qui domine la région se sont rassemblés sur le site visé par la première attaque, d'après l'OSDH.

Au total, 12 personnes ont été tuées, parmi lesquelles un homme, une femme et deux enfants et huit combattants membres ou alliés de HTS, selon l'Observatoire.

L'attaque est l'une des plus meurtrières depuis une trêve en mars 2020, négociée par Moscou et Ankara.

Un porte-parole de HTS et un coordinateur média du groupe figurent parmi les personnes tuées dans ces frappes, d'après l'OSDH.

Un correspondant de l'AFP dans la région a vu une maison détruite par les tirs, un véhicule calciné à proximité ainsi que les dépouilles recouvertes et alignées sur le sol de plusieurs victimes.

Dans une déclaration envoyée aux journalistes locaux via Whatsapp, HTS a confirmé que trois de ses membres figuraient parmi les personnes tuées.

Debout devant une maison endommagée par les tirs, Ibrahim Harmouch a déclaré que de nombreuses personnes s'étaient rassemblées dans la rue après la première attaque, ce qui a entraîné une augmentation du nombre de victimes lorsque la seconde a suivi. "Nous nous sommes réveillés ce matin au bruit des bombardements et des tirs d'artillerie", a déclaré cet habitant âgé de 30 ans.

Ex-branche syrienne d'el-Qaëda, HTS et ses alliés contrôlent environ la moitié de la province d'Idleb ainsi que des segments des provinces voisines de Hama et Lattaquié. Selon l'Observatoire, la région du sud d'Idleb a été la cible de bombardements du régime et de raids russes au cours des cinq derniers jours.

Plus de trois millions de personnes vivent dans la région, dont les deux tiers ont été déplacés d'autres régions reconquises par le régime.

Malgré des violations répétées depuis mars 2020, y compris des frappes aériennes russes, le cessez-le-feu a été globalement maintenu.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec la multiplication des belligérants. Elle a fait près de 500.000 morts, selon l'OSDH. 


Au moins 12 personnes, notamment des combattants, ont été tuées jeudi dans des bombardements du régime syrien sur la région d'Idleb, dernier grand bastion jihadiste et rebelle de Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits humains (OSDH).Ces bombardements interviennent malgré un cessez-le-feu négocié par la Russie et en vigueur depuis mars 2020. Selon l'OSDH, basé au...