Rechercher
Rechercher

Culture - Concert virtuel

Quand le musée d’Orsay est « mis en musique »

« Orsay Live », une série de concerts enregistrés dans ses différents espaces avec une « mise en scène » qui met en valeur aussi bien les musiciens que les œuvres exposées et l’architecture du lieu, à voir sur le site web de l’institution.

Quand le musée d’Orsay est « mis en musique »

Le chef d’orchestre Pablo Heras-Casado dirige les musiciens de l’Orchestre de Paris au musée d’Orsay, le 26 mars 2021. Stéphane de Sakutin/ AFP

Les notes de Ravel traversent les couloirs vides du musée d’Orsay, faisant « vibrer » les tableaux de Degas et de Courbet : des concerts filmés tissent un dialogue entre peinture et musique et offrent une nouvelle vision de ce temple de l’art à un public virtuel. Dans le hall de la grande nef du musée, sous le regard des statues, les musiciens de l’Orchestre de Paris répètent Tableaux d’une exposition, une œuvre de Modeste Moussorgski orchestrée par Maurice Ravel, ainsi que le célébrissime Boléro du compositeur français.

En novembre, le musée a lancé « Orsay Live », une série de concerts enregistrés dans ses différents espaces avec une « mise en scène » qui met en valeur aussi bien les musiciens que les œuvres exposées et l’architecture du lieu.

« L’idée est que le public soit immergé et qu’on “mette en musique” le musée », explique à l’AFP Sandra Bernhard, responsable de la programmation musicale et des spectacles au musée d’Orsay.

« Accueillir un public virtuel » donc, pour qu’il assiste au concert et « qu’il puisse aussi voir plus en détail ce qu’il n’aurait pas vu » lors d’une visite traditionnelle du musée, fermé comme les autres lieux culturels depuis le 30 octobre pour cause de pandémie.

Pour ce cinquième concert, sous la baguette de l’Espagnol Pablo Heras-Casado et auquel participe la soprano Sabine Devieilhe, l’aspect fantomatique du hall sous la nef est tel qu’on a l’impression que les sculptures de Rodin ou de Claudel écoutent les notes attentivement.

« Une présence, un écho »

« On a un “public de marbre” par nature, mais qui va quand même vibrer », commente en souriant Mme Bernhard. « Les œuvres présentes dans la nef vont écouter avec beaucoup d’envie et de plaisir l’Orchestre de Paris, Pablo Heras-Casado et Sabine Devieilhe », qui chantera Cinq mélodies populaires grecques, ajoute-t-elle.

Le concert sera diffusé le samedi 1er mai, à 20h30 (heure de Paris), sur le site du musée d’Orsay, Francetv l’application de la Philharmonie de Paris et à 23h (heure de Paris) sur Mezzo Live HD.

Au mot « concert », Sandra Bernhard préfère celui de « création musicale », car le tournage et le montage créent une œuvre à part, à travers un « dialogue entre les arts ».

Dans un précédent concert, La Symphonie des oiseaux, avec deux maîtres siffleurs, on voit les deux chanteurs d’oiseaux se produire près des tableaux de Renoir tandis qu’une pianiste se profile derrière La petite danseuse de 14 ans de Degas. Dans un autre, au Café Campana du musée, des musiciens présentent une version jazz du Carnaval des animaux de Saint-Saëns.

« C’est dur de voir le musée sans visiteurs », mais ces créations « donnent une dimension, une présence, un écho » supplémentaire, ajoute la responsable de la programmation musicale et des spectacles.

Pablo Heras-Casado, lui, se dit très ému par cette expérience qui le fait « réagir avec l’espace ». Tableaux et sculptures insufflent « spiritualité et énergie » à sa manière de diriger.

« On ne peut pas aller au concert, on ne peut pas aller au musée. Mais apporter le musée et la musique à la maison, c’est encore plus important. Ce n’est pas seulement notre moyen de vie, notre passion, c’est aussi une mission », déclare le chef d’orchestre espagnol.

Rana MOUSSAOUI/AFP


Les notes de Ravel traversent les couloirs vides du musée d’Orsay, faisant « vibrer » les tableaux de Degas et de Courbet : des concerts filmés tissent un dialogue entre peinture et musique et offrent une nouvelle vision de ce temple de l’art à un public virtuel. Dans le hall de la grande nef du musée, sous le regard des statues, les musiciens de l’Orchestre de Paris...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut