Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Nucléaire

L'Iran balaie les "inquiétudes" européennes



L'Iran balaie les

Vue sur la centrale d'enrichissement d'uranium de Natanz, au sud de Téhéran, en 2005. Photo d'archives REUTERS/Raheb Homavandi//File Photo

Le président iranien, Hassan Rohani, a jugé jeudi sans fondement les "inquiétudes" affichées la veille par Berlin, Londres et Paris à propos de la décision annoncée par Téhéran d'enrichir l'uranium à hauteur de 60%.

"Des inquiétudes [ont été] exprimées en Europe et aux Etats-Unis sur le fait que nous, en Iran [si nous] commençons à enrichir à 60% [cela] signifie pouvoir atteindre 90% [un seuil militaire, NDLR] d'un seul coup", a déclaré M. Rohani. Mais c'est une "erreur", a assuré le président iranien dans un discours diffusé par la télévision d'Etat: "Aujourd"hui même, nous pouvons enrichir à 90% si nous le voulons. Mais nous l'avons déclaré dès le premier jour et nous tenons parole: nos activités nucléaires sont pacifiques, nous ne cherchons pas à obtenir la bombe atomique."

Après une explosion dimanche dans une usine d'enrichissement d'uranium iranienne que Téhéran a imputée à Israël, la République islamique a annoncé qu'elle allait enrichir ce minerai à hauteur de 60%, bien au-delà des 20% qu'elle pratique depuis janvier et du seuil maximal de 3,67% autorisé par l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Mercredi, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, les trois pays européens parties (avec la Russie, la Chine et l'Iran) à cet accord ont "pris note avec une grande préoccupation" de cette annonce, la qualifiant de "développement grave car la production d'uranium hautement enrichi constitue une étape importante pour la production d'une arme nucléaire".

Une nouvelle rencontre dans le cadre des discussions ayant cours dans la capitale autrichienne pour tenter de sauver l'accord de Vienne doit avoir lieu jeudi.

L'accord a été sabordé par la décision des Etats-Unis de s'en retirer unilatéralement en 2018 et de réimposer des sanctions contre Téhéran, et l'Iran, en riposte s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements clef limitant ses activités nucléaires aux termes de ce pacte. Il y a un moyen pour que l'"enrichissement à 60% s'arrête [et que celui] à 20% s'arrête également", a déclaré M. Rohani à l'attention des Américains et des Européens: "Vous revenez à tous vos engagements" et "vous allez voir que dans peu de temps, après l'accomplissement de vos obligations, l'Iran respectera toutes les siennes".


Le président iranien, Hassan Rohani, a jugé jeudi sans fondement les "inquiétudes" affichées la veille par Berlin, Londres et Paris à propos de la décision annoncée par Téhéran d'enrichir l'uranium à hauteur de 60%."Des inquiétudes [ont été] exprimées en Europe et aux Etats-Unis sur le fait que nous, en Iran [si nous] commençons à enrichir à 60% [cela] signifie pouvoir atteindre...