Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Samir Jisr depuis Bkerké : Hariri "déterminé" à former un cabinet de technocrates non-partisans


Samir Jisr depuis Bkerké : Hariri

Le patriarche maronite Mgr Béchara Raï recevant une délégation de membres du courant du Futur, à Bkerké, le 1er mars 2021. Photo ANI

Le courant du Futur, dirigé par le Premier ministre désigné Saad Hariri, a affirmé lundi, à l'occasion de la visite d'une délégation au patriarcat maronite, à Bkerké, que M. Hariri est "déterminé" à former un cabinet de technocrates non-partisans. Lors de l'entretien avec le patriarche Béchara Raï, la délégation, emmenée par la députée Bahia Hariri (la tante paternelle de Saad Hariri), a réitéré son soutien à la "déclaration de Baabda", adoptée en 2012 et qui prévoit que le Liban reste à l'écart des conflits régionaux, alors que Mgr Raï appelle également, depuis des mois, à consacrer la "neutralité positive" du pays du Cèdre.

"Nous joignons nos voix à celle du patriarche concernant l'importance de former le gouvernement le plus rapidement possible"l, a indiqué le député Samir Jisr, à l'issue de l'entretien. Nous avons tenu le patriarche au courant des efforts déployés par Saad Hariri pour former le futur cabinet, suite à ses contacts internationaux". Il a affirmé que le Premier ministre désigné "est déterminé à former un gouvernement de mission, composé de technocrates non-partisans", tel qu'il s'était engagé à le faire lors de sa désignation, et malgré le fait qu'il ait, depuis, accordé au tandem chiite (Amal et Hezbollah) la nomination du futur ministre des Finances. "Nous ne perdons pas espoir concernant la mise sur pied du cabinet, cette affaire sera résolue", a-t-il estimé. M. Jisr a insisté sur le fait que Saad Hariri "s'engage à respecter le texte et l'esprit de la Constitution et de l'accord de Taëf, surtout en ce qui concerne le respect et l'égalité des droits de tous les Libanais, chrétiens et musulmans". 

Le processus de formation du gouvernement est actuellement au point mort, en raison des tensions entre le chef de l'Etat, Michel Aoun, et Saad Hariri, qui avait été désigné le 22 octobre. Les divergences portent notamment sur la forme de la future équipe, le nombre de ministres, et la répartition des portefeuilles. Le camp du président Aoun reproche entre autres à Saad Hariri de vouloir outrepasser le rôle du chef de l'Etat dans la formation du gouvernement en nommant lui-même les ministres chrétiens, ce que le CPL estime être une violation des droits des chrétiens. Depuis le début de l'année, M. Hariri enchaîne les visites à l'étranger, afin d'obtenir le soutien de la communauté internationale dans sa mission.  

"Nous renouvelons notre soutien à la déclaration de Baabda", a par ailleurs affirmé le député, en référence au texte adopté en juin 2012, sous la présidence de Michel Sleiman, et qui prévoyait notamment, dans son article 12, de garder le Liban à l’écart des conflits et des axes régionaux et internationaux, de manière à lui épargner les retombées négatives des crises régionales, afin de "préserver son intérêt supérieur, dans le cadre du respect des résolutions internationales, de l’unanimité arabe et de la juste cause palestinienne".

M. Jisr n'a toutefois pas mentionné directement les appels du patriarche à l'organisation d'une conférence internationale, sous l'égide de l'ONU, consacrée à un règlement de la crise libanaise, ni à la neutralité positive.

Ces appels avaient été soutenus par des milliers de Libanais samedi, lors d'un grand rassemblement à Bkerké au cours duquel le patriarche a prononcé un discours très ferme à l'encontre des responsables politiques et du Hezbollah. Les appels du patriarche ont été sévèrement rejetés par le parti chiite, qui refuse toute "internationalisation" de la résolution de crise.


Le courant du Futur, dirigé par le Premier ministre désigné Saad Hariri, a affirmé lundi, à l'occasion de la visite d'une délégation au patriarcat maronite, à Bkerké, que M. Hariri est "déterminé" à former un cabinet de technocrates non-partisans. Lors de l'entretien avec le patriarche Béchara Raï, la délégation, emmenée par la députée Bahia Hariri (la tante paternelle de Saad...