Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Turcs tués en Irak

La Turquie proteste auprès de l'Iran

La Turquie proteste auprès de l'Iran

Un drapeau turc. Photo d'archives AFP

La Turquie a convoqué dimanche l'ambassadeur iranien à Ankara afin de lui signifier qu'elle réclamait son soutien pour combattre "le terrorisme", intensifiant une querelle en cours sur la présence turque en Irak, a rapporté l'agence étatique Anadolu.

La Turquie, qui intervient régulièrement contre les rebelles kurdes en Irak, a accusé le 14 février le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d'avoir exécuté 13 de ses ressortissants, membres des forces de sécurité pour la plupart, qu'il retenait en captivité dans le Nord de l'Irak.

Les autorités turques ont ensuite précisé la semaine dernière, après confirmation des identités, qu'il s'agissait de 12 Turcs et un Irakien. Leurs corps ont été découverts selon Ankara dans une grotte par des militaires turcs qui tentaient de les secourir. Le PKK, qualifié d'organisation "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux, a affirmé que les 13 otages avaient été tués par des frappes turques, version balayée par Ankara.

Dans un entretien télévisé à la télévision kurde Rudaw basée à Erbil, diffusé samedi, l'ambassadeur iranien à Bagdad, Iraj Masjedi, a averti que les forces turques ne devaient pas "menacer ou violer le sol irakien". "Nous n'acceptons pas du tout, qu'il s'agisse de la Turquie ou d'un quelconque autre pays, une intervention militaire en Irak (...) ou une présence militaire en Irak", a déclaré cet ambassadeur.

L'ambassadeur turc à Bagdad, Fatih Yildiz, a immédiatement réagi en tweetant que l'ambassadeur iranien était "la dernière personne à pouvoir donner des leçons à la Turquie" à propos du respect des frontières irakiennes.

Le ministère turc des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur iranien Mohammad Farazmand pour lui dire que la Turquie s'attendait à voir l'Iran à ses côtés dans le "combat contre le terrorisme", a rapporté l'agence Anadolu.

Des responsables du ministère ont également dit à l'ambassadeur que la Turquie "rejetait fermement" les déclarations de l'ambassadeur iranien à Bagdad, soulignant qu'Ankara informait toujours les parties concernées y compris l'Irak de ses projets contre les rebelles kurdes.

La Turquie mène régulièrement des attaques dans les zones montagneuses du Nord de l'Irak contre les bases arrières du PKK, qui livre depuis 1984 une sanglante guérilla sur le sol turc ayant fait plus de 40.000 morts. Des forces spéciales mènent parfois des incursions d'ampleur limitée. En janvier, la Turquie a bombardé une région proche de Sinjar, le président Recep Tayyip Erdogan menaçant même d'y faire débarquer des forces turques "en une nuit". "Qu'est-ce que le Sinjar a à faire avec la Turquie?", a lancé l'ambassadeur iranien à Bagdad. "C'est aux Irakiens eux-mêmes de résoudre la question".


La Turquie a convoqué dimanche l'ambassadeur iranien à Ankara afin de lui signifier qu'elle réclamait son soutien pour combattre "le terrorisme", intensifiant une querelle en cours sur la présence turque en Irak, a rapporté l'agence étatique Anadolu.La Turquie, qui intervient régulièrement contre les rebelles kurdes en Irak, a accusé le 14 février le Parti des travailleurs du Kurdistan...