Rechercher
Rechercher

Crise au Liban

Aoun discute avec Salamé de la poursuite des subventions sur les produits de nécessité

Aoun discute avec Salamé de la poursuite des subventions sur les produits de nécessité

Le président libanais, Michel Aoun (à gauche sur la photo), recevant le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, à Baabda, le 29 juin 2020. Photo d'archives Dalati et Nohra

Le chef de l'Etat, Michel Aoun, et le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, se sont réunis vendredi soir à Baabda, afin de discuter des dispositions à prendre par la BDL pour continuer de subventionner les produits considérés comme "essentiels" pour les Libanais, alors que les réserves en devises de la banque centrale continuent de fondre, ce qui fait craindre une levée de ces subventions.  "Le président Aoun a discuté ce soir avec Riad Salamé des dispositions à prendre pour continuer de soutenir les produits de nécessité dans la situation actuelle", a rapporté la présidence sur son compte Twitter. 

La BDL a mis en place depuis plusieurs mois un mécanisme permettant aux importateurs de carburant, de blé, de médicaments et de matériel médical d’acheter à la BDL, et via leurs banques, des dollars au taux officiel de 1 507,5 livres pour un dollar (1 515 livres en comptant la marge des banques) pour payer leurs fournisseurs à l’étranger. Les importateurs de denrées alimentaires bénéficient, eux, d’un taux à 3 900 livres, pour l'achat d'un certain nombre de produits. Les dollars utilisés dans le cadre de ces mécanismes sont puisés dans les réserves de la BDL, qui a arrêté de soutenir le prix de la livre par rapport au dollar il y a plus d’un an (il faut dernièrement autour de 8.300 livres pour faire un dollar chez les agents de change, illégaux ou agréés). 

Cette réunion a rassemblé MM. Aoun et Salamé alors qu'ils sont actuellement au cœur d'un bras de fer concernant l'audit juricomptable de la BDL. Le président Aoun réclame sans relâche la tenue de cette procédure, qui a été entravée par la Banque centrale après son refus de remettre les documents et informations requis au cabinet international Alvarez & Marsal, chargé de cet audit mais qui s'était retiré la semaine dernière en guise de protestation contre le manque d'accès à ces données. 


 




Le chef de l'Etat, Michel Aoun, et le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, se sont réunis vendredi soir à Baabda, afin de discuter des dispositions à prendre par la BDL pour continuer de subventionner les produits considérés comme "essentiels" pour les Libanais, alors que les réserves en devises de la banque centrale continuent de fondre, ce qui fait craindre une levée de ces...