Rechercher
Rechercher

Liban

Ferzli appelle à la formation d'un "cabinet indépendant de technocrates"

Ferzli appelle à la formation d'un

Le vice-président de la Chambre, Elie Ferzli, au Parlement libanais, à Beyrouth, lors de concertations sur la formation du gouvernement, le 23 octobre 2020. Photo Ali Fawaz / Parlement

Le vice-président de la Chambre, Elie Ferzli, a appelé vendredi de ses vœux la formation d'un gouvernement "indépendant de technocrates" qui pourra mettre en œuvre des réformes "dans les six prochains mois". 

"Ce qu'il faut, c'est un gouvernement indépendant de technocrates, issu du dialogue entre (le Premier ministre désigné) Saad Hariri et les groupes parlementaires", a déclaré M. Ferzli à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre désigné, Saad Hariri, lors des concertations non-contraignantes sur la formation du futur cabinet, au Parlement. Selon lui, cette équipe devra "travailler sur le principe fondamental de la solidarité ministérielle afin de mettre en œuvre les réformes dans les six prochains mois".

A l'issue de sa désignation jeudi, Saad Hariri s'était engagé dans une brève allocution à former un "gouvernement d'experts" en vue de mener des "réformes", en accord avec l'initiative française pour sortir le pays de son effondrement économique. Mais les tractations politiques pour la formation du cabinet s'annoncent déjà ardues.

Saad Hariri, qui a déjà dirigé trois gouvernements, avait été poussé à la démission le 29 octobre 2019 par un mouvement de contestation inédit, lancé le 17 octobre de la même année, qui réclamait le départ de la classe politique inchangée depuis des décennies, accusée d'incompétence et de corruption. Le gouvernement dirigé par Hassane Diab qui avait pris la suite avait démissionné six jours après la double explosion du 4 août au port. Moustapha Adib avait été désigné Premier ministre pour lui succéder, mais il s'était finalement récusé fin septembre, sans avoir pu former de gouvernement.


Le vice-président de la Chambre, Elie Ferzli, a appelé vendredi de ses vœux la formation d'un gouvernement "indépendant de technocrates" qui pourra mettre en œuvre des réformes "dans les six prochains mois". "Ce qu'il faut, c'est un gouvernement indépendant de technocrates, issu du dialogue entre (le Premier ministre désigné) Saad Hariri et les groupes parlementaires", a déclaré...