Rechercher
Rechercher

Normalisation

Un homme d’affaires soudanais organise un voyage en Israël pour « briser la glace »

Un homme d’affaires soudanais organise un voyage en Israël pour « briser la glace »

L’homme d’affaire soudanais Abou al-Qassem Bortoum assis devant sa résidence à Khartoum, dont le fronton est une réplique de celui de la Maison-Blanche. Ashraf Shazly/AFP

Dans sa maison de Khartoum dont le fronton est une réplique de celui de la Maison-Blanche, Abou al-Qassem Bortoum peaufine son projet inédit : se rendre avec 40 autres Soudanais en Israël avec l’objectif de « briser la glace ». Pour ce voyage un peu provocateur au moment où les dirigeants de son pays sont divisés sur la question de la normalisation avec l’État hébreu, cet homme d’affaires a sélectionné des compatriotes de tous les milieux, de toutes les régions et de toutes les ethnies.

« Il y a des professeurs d’université, des ouvriers, des agriculteurs, des chanteurs, des sportifs et même des soufis », confie M. Bortoum, 54 ans, à la tête de compagnies agricoles et de transport. Il affirme débourser 160 000 dollars pour ce voyage de cinq jours prévu en novembre à une date non précisée et préparé avec « des Israéliens de la société civile ». Il assure n’avoir jamais été en Israël et n’avoir aucun contact avec les autorités de ce pays.

Le Soudan n’entretient pas de relations avec Israël comme la plupart des pays arabes. Mais M. Bortoum explique que rien ne l’empêche d’aller en Israël car la mention d’interdiction de s’y rendre a été supprimée du passeport soudanais il y a 15 ans. « Il y a un blocage psychologique de la part de gens ordinaires à cause des intellectuels imprégnés par l’idéologie islamiste, de gauche ou nationaliste arabe. L’objectif est de briser la glace », explique cet homme rondouillard, père de dix enfants.

Réduits à mendier

Selon un sondage publié la semaine dernière et réalisé par l’Arab Center for Research and Policy auprès de 28 800 citoyens de 13 pays arabes, au Soudan, seulement 13 % des personnes interrogées ont dit « oui » à des relations avec Israël contre 79 % qui y sont hostiles.

M. Bortoum balaie d’un revers de la main la question de l’occupation des territoires palestiniens par Israël. « Je me préoccupe des intérêts de mon pays et je constate que notre hostilité envers l’État hébreu nous a fait du tort. Notre pays est riche en ressources naturelles, et pourtant nous sommes réduits à mendier. »

Lire aussi

Armes, surveillance, technologies : la face cachée des liens entre Israël et les pays du Golfe

Le Soudan, qui avait hébergé le chef du réseau el-Qaëda, est sur la liste noire américaine des pays soutenant le terrorisme depuis 1993. Conséquences des sanctions : isolement, absence d’investissements et marasme économique.

Pour M. Bortoum, son pays est aussi resté à l’écart des avancées technologiques. « Une entente avec Israël nous ouvrira les portes de l’investissement technologique occidental. Israël est un petit pays, mais ses citoyens ont un impact sur l’économie en Europe et aux États-Unis. »

Si les militaires soudanais sont favorables à la normalisation, les civils sont prudents, alors que deux nouveaux pays arabes, les Émirats arabes unis et Bahreïn, viennent de normaliser leurs relations avec Israël.

Le général Abdel Fattah el-Burhane, chef du Conseil souverain soudanais, a rencontré en février en Ouganda le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Le vice-président de cette instance, Mohammad Hamdan Daglo, un autre militaire, a déclaré sans ambages en octobre : « Israël est un pays développé (...) Pour notre développement, nous avons besoin d’Israël. » En revanche, le Premier ministre Abdallah Hamdok a demandé aux États-Unis de dissocier le retrait du Soudan de la liste noire de la normalisation avec Israël, et avancé que cette question requérait « une discussion approfondie au sein de notre société ».

Aucune vision

Cet attentisme exaspère M. Bortoum. « Le gouvernement Hamdok n’a aucune vision ni sur le problème de l’économie ni sur les relations internationales », lâche-t-il, faisant allusion à l’incapacité de l’exécutif à juguler une inflation qui atteint les 212 %.

L’opposition à la normalisation vient aussi de la plus haute autorité religieuse au Soudan. « Par 40 voix sur 50, nous avons émis une fatwa stipulant que les relations avec Israël sont interdites car ce pays occupe la terre des Palestiniens, et je pense que le gouvernement va suivre cette recommandation », assure Adel Hassan Hamza, secrétaire général de l’Académie du fiqh (jurisprudence islamique).

« La question d’Israël est politique et non religieuse. Je sais que mon voyage va susciter des réactions négatives. Mais cela ne m’effraie pas », lance M. Bortoum. En 2015, après avoir été élu député au Parlement aujourd’hui suspendu, il avait suscité un tollé parmi les islamistes au pouvoir en prônant l’abolition de la charia et des relations avec Israël.



Dans sa maison de Khartoum dont le fronton est une réplique de celui de la Maison-Blanche, Abou al-Qassem Bortoum peaufine son projet inédit : se rendre avec 40 autres Soudanais en Israël avec l’objectif de « briser la glace ». Pour ce voyage un peu provocateur au moment où les dirigeants de son pays sont divisés sur la question de la normalisation avec l’État...

commentaires (2)

N'importe qui peut aller en Israel. Le Visa d'entree est juste un papier separe du passeport qui est delivre a l'entree.

IMB a SPO

18 h 51, le 17 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • N'importe qui peut aller en Israel. Le Visa d'entree est juste un papier separe du passeport qui est delivre a l'entree.

    IMB a SPO

    18 h 51, le 17 octobre 2020

  • Au moins il a le courage de ses opinions. Moi, par exemple, en tant que chrétien croyant, je rêve d’aller en Terre Sainte notamment à Jérusalem sur les pas du Christ. Mais les autorités libanaise m’en empêchent. Alors qu’il est très aisé de passer de la Jordanie vers Jérusalem. Personne n’a jamais réclamé que Jerusalem soit déclarée ville ouverte à tous les croyants des 3 principales religions quitte à ça que la vieille ville soit mise sous la tutelle de l’ONU

    Liberté de Penser

    11 h 56, le 17 octobre 2020