Rechercher
Rechercher

Incendie dans le port de Beyrouth

Trois détenus interrogés par le juge Abou Samra

Trois détenus interrogés par le juge Abou Samra

Photo prise le 10 septembre 2020 par Nabil Ismaïl de l'incendie dans le port de Beyrouth

Le premier juge d'instruction de Beyrouth par intérim, Charbel Abou Samra, a entendu mardi trois personnes détenues dans le cadre de l'affaire de l’énorme incendie qui a ravagé plusieurs hangars au port de Beyrouth, le 10 septembre dernier, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). L'interrogatoire d'un des détenus se poursuivra jeudi, journée au cours de laquelle d'autres personnes seront entendues.

Mercredi dernier, le procureur général près la cour d’Appel de Beyrouth, le juge Ziad Abou Haïdar, avait engagé des poursuites contre quatre personnes pour "négligence et manque de précautions", dans les procédures lancées suite au sinistre. Cet incendie n’avait fait aucune victime mais avait détruit plusieurs entrepôts, réduisant notamment en fumée des aides humanitaires, causant une importante pollution atmosphérique et provoquant la panique des Libanais, encore sous le choc des explosions du 4 août.

Le juge Abou Haïdar a engagé des poursuites contre trois Libanais, identifiés comme Akram Kh., Raëd N. et Mahmoud Kh., et un Palestinien, Mohammad I., suspectés d’être à l’origine du feu qui aurait été déclenché par des travaux de soudure dans un entrepôt endommagé par les explosions du port. Il a dans ce cadre demandé au premier juge d’instruction de Beyrouth d’ouvrir des enquêtes contre ces quatre personnes et "tous ceux qui s’avèrent impliqués" dans l’incendie du 10 septembre.


Le premier juge d'instruction de Beyrouth par intérim, Charbel Abou Samra, a entendu mardi trois personnes détenues dans le cadre de l'affaire de l’énorme incendie qui a ravagé plusieurs hangars au port de Beyrouth, le 10 septembre dernier, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). L'interrogatoire d'un des détenus se poursuivra jeudi, journée au cours de laquelle...