Rechercher
Rechercher

Liban

Un professeur de l'UL accuse un officier de la SG d'agression

Un professeur de l'UL accuse un officier de la SG d'agression

Le logo de la Sûreté générale libanaise. Via l'ANI

Un enseignant de la faculté des Lettres de la branche de l'Université libanaise à Saïda, Anouar Moussa, qui s'est fait agresser jeudi, a accusé un officier de la Sûreté générale (SG) d'être responsable de cette attaque, suite à une dispute avec l'épouse de ce responsable. De son côté, la SG a souligné avoir déjà dénoncé auprès de l'administration de l'Université libanaise des propos "diffamants" de M. Moussa envers l'officier concerné et son épouse. 

Dans un article du site d'informations al-Modon, M. Moussa revient sur les circonstances de son agression, la seconde en un an aux mains de la même personne, selon lui. Il souligne s'être fait attaquer sur le parking du centre des doctorats de l'UL, à Sin el-Fil, après de multiples provocations lancées à son encontre par l'épouse de l'officier concerné, qui travaille dans la même faculté que lui. Souffrant de plusieurs blessures au visage, le professeur dénonce une tentative de meurtre prémédité. Il a dans ce cadre appelé le directeur de la SG, le général Abbas Ibrahim, à intervenir et sanctionner son agresseur. 

De son côté la SG, qui n'a pas donné la version des faits de l'officier, s'est contentée de rappeler que le contentieux entre l'enseignant et l'officier faisait l'objet de procédures judiciaires, et que des poursuites avaient été lancées contre Anouar Moussa par le responsable sécuritaire et son épouse. La SG précise encore avoir à deux reprises dénoncé auprès de la présidence de l'UL "abus et diffamations" de la part du professeur envers le couple. 


Un enseignant de la faculté des Lettres de la branche de l'Université libanaise à Saïda, Anouar Moussa, qui s'est fait agresser jeudi, a accusé un officier de la Sûreté générale (SG) d'être responsable de cette attaque, suite à une dispute avec l'épouse de ce responsable. De son côté, la SG a souligné avoir déjà dénoncé auprès de l'administration de l'Université libanaise...